ARTICLE

L’estime de soi : un trésor à transmettre de génération en génération

« Les dictionnaires définissent généralement l’estime de soi comme étant un sentiment favorable né de la bonne opinion qu’on a de son mérite et de sa valeur. Le dictionnaire actuel de l’éducation, pour sa part, parle de l’estime de soi comme de la valeur qu’un individu s’accorde globalement; il ajoute qu’elle fait appel à la confiance fondamentale de l’être humain en son efficacité et en sa valeur ». (1) La perception positive que l’on a de soi-même permet de garder espoir face aux difficultés et épreuves de la vie. L’estime de soi engendre un sentiment d’harmonie avec soi-même et avec les autres. Elle prévient des difficultés d’adaptation et d’apprentissage. Alors comment pouvons-nous, par nos interventions,  favoriser l’estime de soi de nos enfants ?

  • Établir un lien d’attachement solide. Le lien d’attachement est le noyau primitif de l’estime de soi. C’est ce qui donne à l’enfant un sentiment de sécurité qui se transforme avec le temps en attitude de confiance.
  • Adopter une attitude d’acceptation inconditionnelle. Cette acceptation est fondamentale. L’enfant doit sentir qu’il est accepté tel qu’il est, avec ses forces et ses limites. L’adulte doit avoir des attentes réalistes par rapport aux capacités de l’enfant.
  • Adopter un regard bienveillant. C’est à partir du regard d’autrui posé sur lui que l’enfant intériorise graduellement le sentiment de sa valeur personnelle. Le regard de l’adulte doit être positif et cela, malgré les défis et difficultés que pose l’enfant. L’adulte doit garder espoir de trouver des solutions satisfaisantes aux problèmes qu’il rencontre avec l’enfant.
  • Accorder le droit à l’erreur et la dédramatiser. L’erreur et l’échec ne sont pas la fin du monde. On peut apprendre de nos erreurs. On peut les réparer et préserver ainsi une image positive de soi-même. Le sentiment de sa valeur personnelle ne doit pas diminuer du fait que l’on fait des erreurs à l’occasion.
  • Éviter le perfectionnisme. Cette attitude, parfois interprétée comme une qualité, entretient, en fait, un stress de performance qui rend la tâche difficile de reconnaître ses limites, ses erreurs, ses difficultés. La barre est haute et cela peut avoir un effet décourageant pour l’enfant ou encore lui donner le sentiment qu’il ne comble pas les attentes de l’adulte. Donc, le regard posé sur lui ne lui permet pas d’intérioriser un sentiment de fierté ni un sentiment de compétence. Pourtant, ces sentiments sont importants pour développer l’estime de soi.
  • Donner des limites claires à l’enfant et lui expliquer les raisons de ces limites. Les limites confèrent un sentiment de protection. Les règles de discipline ont intérêt à ne pas être trop nombreuses. Elles doivent être stables, concrètes, constantes, cohérentes et conséquentes. En les expliquant à l’enfant, on fait appel à son raisonnement qui engendrera progressivement l’autodiscipline car l’enfant pourra intérioriser les règles.
  • Éviter la surprotection. Cela donne à l’enfant moins d’espace pour qu’il puisse développer son autonomie lorsque l’adulte fait à sa place des tâches qu’il est capable de faire seul. Cela l’empêche de cultiver sa confiance en lui-même.
  • Éviter le laisser-faire. Cette attitude ne communique pas à l’enfant les limites dont il a besoin pour grandir sainement. L’enfant risque de vivre de l’insécurité en ne se sentant pas protégé par un encadrement stable et solide.
  • Encourager le sentiment « Je suis capable!». Dès que l’enfant manifeste son désir d’autonomie, il s’agit de l’encourager et de le laisser essayer de faire seul. Au début, ce sera de petites tâches pour ensuite évoluer vers des tâches plus complexes. Ce sentiment soutient son estime de lui-même en formation.
  • Formuler positivement les consignes. Au lieu de dire ce que l’enfant ne doit pas faire, lui indiquer ce qu’il doit faire. « Parle doucement! », au lieu de « « Ne crie pas! », « Marche! ». au lieu de « Ne cours pas! ». Cette intervention a l’intérêt de sauvegarder l’énergie positive de l’adulte et de l’enfant. De plus, la consigne s’en trouve plus claire.
  • Encourager les comportements positifs. Décrire les bons coups, les réussites, les succès, les gestes positifs. Cela donne à l’enfant un sentiment de fierté sur lequel il pourra s’appuyer pour développer son estime de soi.
  • Lors d’écarts de conduite, orienter l’enfant vers un geste réparateur. Cette intervention est positive car elle permet à l’enfant de se racheter après une erreur. « Que peux-tu faire pour réparer ton erreur? » démontre une ouverture de l’adulte envers l’enfant qui peut reconquérir une image plus positive de lui-même.
  • Manifester du respect en toute circonstance. Le respect est pour soi et pour autrui aussi. Parler à l’enfant avec considération. Le traiter comme un partenaire de la relation, comme une personne qui est en apprentissage.
  • Favoriser la connaissance de soi. Faire remarquer à l’enfant ce qui le distingue et le différencie des autres. Soutenir son sentiment d’identité, son sentiment d’unité et de cohérence interne. Chaque enfant est unique. En prenant conscience de ses ressemblances et de ses différences, il apprend graduellement à se connaître et à s’estimer tel qu’il est.
  • Éviter les jugements négatifs sur l’enfant devant l’’enfant. Les étiquettes, les sarcasmes, les critiques sapent l’estime de soi de l’enfant en lui communiquant un regard négatif sur sa personne. Ne l’oublions pas, c’est à partir du regard posé sur lui que l’enfant se construit.
  • Toujours préparer l’enfant aux changements qui ont lieu dans sa vie. Peu importe le changement, il est souhaitable que l’adulte explique à l’enfant dans des mots simples ce qui va arriver et ce que ça implique pour lui. Cela diminue le stress que l’enfant vit normalement devant tout changement.
  • Éviter les comparaisons et la compétition pour motiver l’enfant. Cette intervention mine l’estime de soi parce que l’enfant se compare et peut se sentir diminué. L’adulte peut reconnaître les limites de l’enfant et l’aider à les accepter ou encore à les dépasser si l’enfant en a le désir.
  • Aider à reconnaître les émotions et à les accepter. Tout être humain vit des émotions positives et négatives. Les accepter telles qu’elles se présentent et apprendre à les gérer en se contenant toujours mieux sont des apprentissages essentiels.
  • Encourager les talents divers et les activités créatrices. Souligner les talents particuliers de l’enfant et le soutenir pour qu’il les exerce pour les perfectionner est une intervention aidante car l’enfant peut y découvrir son unicité, son originalité et là aussi, s’appuyer pour accroître son estime de soi. Les activités créatrices permettent aussi à l’enfant de s’exprimer de manière authentique et unique.
  • Vivre régulièrement des temps de qualité avec l’enfant. Peu importe son horaire chargé, l’adulte a intérêt à se réserver du temps de qualité avec l’enfant et ce, très régulièrement, peu importe l’âge de l’enfant. Ces moments agréables passés ensemble ravivent l’attachement qui se vit mutuellement. Nous l’avons dit plus tôt, l’attachement constitue le noyau primitif de l’estime de soi.
  • Peu importe l’âge de l’enfant, entretenir continuellement son estime de soi. L’estime de soi fluctue au fil des expériences vécues à travers les différents âges de la vie. Il importe donc de toujours l’entretenir car elle permet l’embellissement de la vie !

 

Publicité

Par Jocelyne Petit, Docteure en Sciences de l’Éducation

 

Références

 

(1)Germain Duclos, L’estime de soi, un passeport pour la vie, Éditions de l’Hôpital Ste-Justine, 2000 (la définition se trouve à la page 15)

Danielle Laporte, Favoriser l’estime de soi des 0-6 ans, Éditions Hôpital Ste-Justine, 2002

Danielle Laporte, Lise Sévigny, L’estime de soi des 6-12 ans, Éditions de l’Hôpital Ste-Justine, 2002

Articles sur le même sujet

ARTICLE
La santé mentale des jeunes de 0 à 17 ans : Aider les jeunes à identifier, comprendre et communiquer leurs émotions

La santé mentale des jeunes de 0 à 17 ans : Aider les jeunes à identifier, comprendre et communiquer leurs émotions

Par Fondation les petits trésors - 28 septembre 2022

Vous souvenez-vous d’avoir joué avec un coin-coin lorsque vous étiez enfant? Entre amis ou en famille, il s’agissait d’un moment...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Rendre nos enfants autonomes et responsables : est-ce possible?

Rendre nos enfants autonomes et responsables : est-ce possible?

Par Jocelyne Petit - 2 février 2021

Nos enfants vivent à nos côtés un processus d’humanisation, c’est-à-dire qu’ils cheminent pour devenir des personnes autonomes et responsables, engagées...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Enfants survolés, avenir inquiétant

Enfants survolés, avenir inquiétant

Par Geneviève Harvey-Miville, Les Z’imparfaits - 6 novembre 2020

Il est normal pour un parent de s’inquiéter pour son enfant et d’avoir le cœur un peu serré lorsque celui-ci...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Fabriquer les adultes de demain

Fabriquer les adultes de demain

Par Geneviève Harvey-Miville, Les Z’imparfaits - 18 août 2020

Depuis quelques semaines, nous sommes happés de plein fouet par une vague de dénonciation. Qu’il soit question d’artistes, d’influenceurs ou...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
L’Espace parents : pour faire grandir des consommateurs avertis

L’Espace parents : pour faire grandir des consommateurs avertis

Par Office de la protection du consommateur - 28 juillet 2020

Collaboration Office de la protection du consommateur    Encore un jouet qui finira aux oubliettes! Il lui faut les mêmes...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Mon enfant a un nouvel ami… imaginaire

Mon enfant a un nouvel ami… imaginaire

Par Geneviève Harvey-Miville, Les Z’imparfaits - 11 juillet 2020

Découvrir que son enfant possède un ami imaginaire peut générer chez l’adulte son lot de questions : Est-il normal? Dois-je ignorer...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Apprendre à jouer seul

Apprendre à jouer seul

Par Geneviève Harvey-Miville, Les Z’imparfaits - 28 mai 2020

  Apprendre à jouer seul est aussi important que d’apprendre à jouer en groupe. Plus les enfants seront en mesure...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Premier rendez-vous en orthophonie avec mon enfant : à quoi dois-je m’attendre?

Premier rendez-vous en orthophonie avec mon enfant : à quoi dois-je m’attendre?

Par Maude Lemieux - 22 mai 2020

Votre petit a des difficultés au niveau de son développement langagier et vous avez décidé de consulter en orthophonie? Il...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Enfants et mensonges

Enfants et mensonges

Par Geneviève Harvey-Miville - 25 mai 2018

Le mensonge est une sorte de passage obligé chez les enfants. À un moment ou à un autre, tous les...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Un méchant gros cauchemar

Un méchant gros cauchemar

Par Caroline Dufresne - 1 mai 2018

La majorité des enfants vont expérimenter les cauchemars entre l’âge de 2 et 10 ans. Certains occasionnellement alors que pour...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Comment dire «je t'aime» à son enfant

Comment dire «je t'aime» à son enfant

Par Geneviève Harvey-Miville - 13 février 2018

«Je t’aime», quelques petits mots bien simples, mais tout sauf anodins. On peut même dire qu’ils sont primordiaux au sein...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Les écarts d’âge entre frères et sœurs

Les écarts d’âge entre frères et sœurs

Par Sarah Barbeau - 5 septembre 2017

Vous avez un petit poupon dans vos bras, et vous vous dites que vous avez encore beaucoup d’amour à offrir....

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2024