ZONE MEMBRES

Bientôt disponible!




ARTICLE

Les enfants à haut potentiel

Quel parent n’a pas un jour souhaité se faire dire par l’enseignante que son enfant était très performant? Savoir que son enfant est bon à l’école est souvent une source de soulagement. Le long chemin de la scolarité s’annonce alors agréable et parsemé de peu d’embûches. Par contre, prendre conscience que la performance dépasse le talent scolaire et rejoint les rangs de la douance peut être une source d’anxiété pour les parents. En effet, plusieurs parents d’enfants doués racontent que la douance apporte également son lot de difficultés.

Performance, haut potentiel, douance…comment distinguer toutes ces subtilités?

La performance scolaire se rattache à la réussite scolaire. C’est la capacité de l’enfant à obtenir de « bonnes notes ». L’enfant peut être performant dans une matière ou dans l’ensemble des matières scolaires. Il fait ses devoirs, étudie lorsque nécessaire, a l’impression d’apprendre quelque chose et est intéressé par les projets ou les nouveaux sujets en classe. Dans une même famille, il est possible qu’un enfant ait davantage ce talent scolaire que le reste de sa fratrie. Certains parents pensent alors à tort que cet enfant est doué. Bon à l’école, légèrement en avance sur ses pairs, très fort en calcul, etc. ne sont pas des caractéristiques qui signifient automatiquement que l’enfant soit touché par la douance.

Le haut potentiel concerne les enfants qui sont appelés doués. À ce jour, on reconnaît la douance d’abord et avant tout par une intelligence (capacités intellectuelles) bien au-dessus de la moyenne. Le QI moyen étant de 100 celui d’un enfant doué sera au-delà de 130, donc nettement au-dessus de la moyenne. Les tests psychométriques d’intelligence standards seront les premiers pas vers l’évaluation de ce potentiel intellectuel. Les autres sphères de développement seront ensuite prises en considération (maturité émotionnelle, développement socioaffectif, etc.).

Avant d’énumérer les caractéristiques des enfants doués, il faut se rappeler que chaque enfant est différent et que certaines caractéristiques supplémentaires peuvent s’appliquer alors que d’autres peuvent ne pas correspondre à l’enfant. Ces énoncés sont toutefois représentatifs de plusieurs enfants doués. À toute fin pratique, voici certaines caractéristiques propres aux enfants à haut potentiel.  Vous pourrez également les retrouver sur le site de Haut potentiel Québec à l’adresse suivante :  http://www.hautpotentielquebec.org/portrait

Au plan intellectuel :

  • Une grande curiosité (les « pourquoi ? »  sous toutes leurs formes)
  • une grande capacité d’attention sur les sujets qui l’intéressent
  • un langage élaboré, structuré (voire précoce), dès le plus jeune âge, ce sont des enfants qui n’ont pas ou très peu parlé « en bébé »
  • un intérêt pour les jeux compliqués
  • l’envie d’apprendre à lire avant l’âge « classique »
  • un grand intérêt pour les lectures « encyclopédiques »
  • un grand intérêt pour les questions métaphysiques (la vie, la mort, la création de l’Univers, les origines…)
  • une grande mémoire
  • un grand sens de l’observation / du détail
  • une pensée créatrice, divergente qui peut générer un manque d’organisation

 Aux plans affectif/comportemental :

  • Une très grande sensibilité émotionnelle face à l’injustice, les reproches, l’échec
  • une tendance à la négociation due, entre autres, à un profond besoin d’équité
  • un besoin de sommeil inférieur à la moyenne
  • un très grand sens de l’humour
  • une grande empathie
  • une préférence pour lier des amitiés avec des enfants plus âgés ou des adultes
  • un besoin énorme de stabilité affective
  • une motivation liée à l’intérêt

 Au plan scolaire :

  • Une grande capacité ET rapidité d’apprentissage (le besoin de répétition est faible ou inexistant)
  • une excellente expression orale malgré un trouble de l’écriture (pour près de 50 % des enfants doués)
  • une absence apparente de méthode, ces enfants préfèrent utiliser « leur » méthode versus les méthodes scolaires et auront besoin d’aide sur ce point

Caractéristiques pouvant apporter leur lot de difficultés :

  • Un perfectionnisme qui amène doute, peur de l’échec et/ou procrastination (remettre à plus tard)
  • des peurs non « conventionnelles » pour leur âge (peur de la mort vers 3 ans, ou peur de la fin du monde car le soleil explosera un jour…)
  • une faible tolérance à l’autorité « brute », ces enfants demanderont sans arrêt la justification d’une règle surtout si elle n’a aucun sens à leurs yeux
  • un esprit critique très développé
  • un changement rapide des champs d’intérêt dès qu’ils sont maîtrisés
  • de possibles difficultés en calligraphie (surtout chez les garçons) ou avec la motricité
  • une forte résistance à l’apprentissage dit « par-coeur »
  • un ennui (rêverie ou agitation) qui peut être confondu avec du TDA/H alors que l’attention est présente.
  • une difficulté à justifier ses résultats, à argumenter (il « voit mentalement » mais ne sait pas expliquer sa réflexion)
  • des résultats en dents scie en fonction des matières et des enseignants (lié à l’affectif).

La vie d’un enfant doué et de celle de sa famille ne sont pas toujours simples. Tel qu’expliqué précédemment, la douance peut aussi apporter son lot de difficultés. Parce que les enfants doués demandent sans cesse à être alimentés mentalement, qu’ils ont un esprit critique très développé et souvent une excellente mémoire, cela peut devenir lourd pour l’entourage. Par exemple, un enfant peut facilement perdre son intérêt envers l’école, s’ennuyer et même devenir dérangeant s’il n’a pas l’impression d’apprendre assez rapidement. Les enfants peuvent donc être étiquetés à tort comme dérangeants, voir TDA. Fait à noter, les enfants doués sont plus à risque de décrochage scolaire que leurs pairs. Finalement, plusieurs d’entre eux vivront aussi un épisode dépressif au cours de leur vie et sont à risque de souffrir d’anxiété. La douance n’est donc pas un facteur de protection contre les troubles internalisés.

Il faut aussi se rappeler que douance ou non, chaque enfant est unique et que tous les enfants développent des forces qui leur sont propres. Suivre le rythme d’apprentissage de l’enfant en lui fournissant des activités éducatives en lien avec ses capacités sera, la majorité du temps, amplement suffisant pour le garder intéressé par l’école. Cela nourrira sa curiosité intellectuelle et lui permettra d’en apprendre davantage sur les sujets qui l’intéressent.

Par contre, si votre enfant se montre démobilisé, qu’il se sent plus déprimé et qu’il s’isole, mieux vaut consulter pour en avoir le cœur net. Certains enfants doués sont plus solitaires, compte tenu de l’écart important avec leurs pairs; ils ne se sentent pas à leur place parmi leurs semblables. Malgré leur vive intelligence, les enfants doués restent des enfants, avec leurs joies, leurs peines et leurs difficultés. Il faut donc leur offrir amour inconditionnel, soutien et accompagnement comme à tous les autres enfants !

Si vous désirez aller plus loin, les (neuro) psychologues sont les professionnels reconnus pour évaluer les habiletés intellectuelles des enfants. Le système scolaire actuel, surchargé de demandes, offre les services d’évaluation d’abord aux élèves en difficultés. C’est pourquoi les parents d’enfant doué se tournent souvent vers le privé pour poursuivre leur investigation. Une fois évalué, l’enfant reconnu comme doué pourra alors se voir proposer certaines alternatives comme « sauter » une année (accélération), changer de programme scolaire (programme enrichi) ou d’école (école alternative) ou encore rester dans sa classe mais avec certaines adaptations pour maintenir son intérêt (approfondissement).

Articles sur le même sujet

ARTICLE
Comment dire «je t'aime» à son enfant

Comment dire «je t'aime» à son enfant

Par Geneviève Harvey-Miville - 13 février 2018

«Je t’aime», quelques petits mots bien simples, mais tout sauf anodins. On peut même dire qu’ils sont primordiaux au sein...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Enfants et mensonges

Enfants et mensonges

Par Geneviève Harvey-Miville - 25 mai 2018

Le mensonge est une sorte de passage obligé chez les enfants. À un moment ou à un autre, tous les...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Les écarts d’âge entre frères et sœurs

Les écarts d’âge entre frères et sœurs

Par Sarah Barbeau - 5 septembre 2017

Vous avez un petit poupon dans vos bras, et vous vous dites que vous avez encore beaucoup d’amour à offrir....

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Un méchant gros cauchemar

Un méchant gros cauchemar

Par Caroline Dufresne - 1 mai 2018

La majorité des enfants vont expérimenter les cauchemars entre l’âge de 2 et 10 ans. Certains occasionnellement alors que pour...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Douleurs aux jambes, est-ce la croissance ?

Douleurs aux jambes, est-ce la croissance ?

Par Clinique de médecine podiatrique Justine Leduc - 16 octobre 2018

Notre enfant qui a mal aux jambes, ça peut être inquiétant, surtout lorsque l’on n’arrive pas à l’apaiser. Plusieurs choses...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2018