ZONE MEMBRES

Bientôt disponible!




BLOGUE

Fait vécu : Préparer l’inattendu ; un AVAC

Mon plus jeune fils Bébé 2 (d’une fratrie de deux!) est né le X juillet 2015 à 16h45. J’ai su que je vivrais l’AVAC le X  juillet 2015 vers 13h00!

J’avais vécu mon premier accouchement, par césarienne, lors de l’arrivée de Bébé 1 le X novembre 2013, soit 20 mois plus tôt. J’utilise le verbe «vivre» lorsque je m’exprime sur mes accouchements, car chacun d’eux a été une réelle initiation, complètement différente l’une de l’autre. Les deux perles qui en ont résulté sont également à l’image de ces expériences uniques.

Bébé 1, lui, était confortablement assis dans mon bassin. Ayant subi une tentative de version quelques semaines plus tôt, je savais que j’allais fort probablement accoucher par césarienne. J’ai «perdu mes eaux», sans contractions, deux semaines avant le jour J et, tel qu’envisagé, Bébé 1 était toujours en siège lors de mon arrivée à l’hôpital. Du coup, césarienne en douceur et 26 minutes plus tard, je portais officiellement le titre de maman.

Lors de ma deuxième grossesse, considérée comme «rapprochée» de la première, les médecins du CHUL m’ont conseillé de rencontrer le Dr Emmanuel Bujold, professeur titulaire au centre de recherche en reproduction, développement et santé intergénérationelle auprès du CHU de Québec (Aparté: ce médecin est un modèle de générosité et de professionnalisme, je le recommande chaudement). L’objectif: mesurer le tissu cicatriciel de mon utérus afin d’évaluer le risque de rupture utérine lors d’un accouchement par voie vaginale subséquent, laquelle pourrait être causée, par exemple, par de fortes contractions ou un dur travail.

Les résultats ont confirmé que ma mesure était de beaucoup en deçà des moyennes sécuritaires établies. Évidemment, la décision me revenait, mais on m’a très fortement recommandé l’accouchement par césarienne. Nous avons donc choisi de «planifier» l’accouchement et de fixer le grand jour au 31 juillet 2015.

J’ai donc vécu ma grossesse avec la certitude que j’allais vivre une deuxième fois la césarienne. Même si bébé se présentait plus tôt, les risques ayant été établis, j’accoucherais quand-même par césarienne, dans le «connu».

Le X juillet 2015, lors de mon dernier suivi de grossesse au CHUL, j’ai rencontré une Dre (étonnamment,  cette Dre avait accouché Bébé 1!). Lors de l’examen, il s’est avéré que mon col était dilaté à près de 6 cm. Je n’avais ressenti jusqu’à lors aucune contraction. Il était hors de question que je quitte l’hôpital, j’allais accoucher ce jour.

Mon Bébé 1h était chez mes parents (une chance) avec un sac à couche bon pour quelques heures, je n’avais pas de valise, aucun effet personnel, je n’étais pas prête voilà tout! Appelle conjoint, appelle parents, essaie de se calmer et retourne voir la Dre.

Elle commence par me parler de la possibilité de procéder à un AVAC…Pardon!? Oui ok j’avais toujours eu le regret refoulé de ne pas avoir vécu un «accouchement normal» (oui, oui, je voulais vivre ça moi!), mais bon maintenant que la possibilité se présentait, alors qu’elle avait toujours été écartée, je me sentais moins brave!

Dre fait venir le médecin de garde et tous deux se mettent à énumérer les pours et les contres, ce qui était bon signe et ce qui l’était moins, le risque mais son faible taux…Puis on me suggère de me mettre en mode césarienne, mais de tenter l’AVAC. Advenant une complication, je pourrais donc rapidement être admise en salle d’opération. Nous décidons donc d’opter pour cette avenue.

Au final, tout s’est bien déroulé. Je l’ai accouché par voie vaginale mon Bébé 2, en 20 minutes top chrono, pas de péridurale et avec l’aide d’une ventouse en plus! Mais je l’ai fait comme une débutante, pas préparée à la douleur, je ne savais pas comment me placer, comment respirer ni comment pousser! Ce que je veux dire c’est que je n’étais pas prête mentalement à vivre l’AVAC. Avoir su… (Deux mots que j’utilise trop souvent!)

Morale de cette histoire mesdames, préparez-vous à l’inattendu! Il est impossible de prévoir à 100 % les détails entourant l’arrivée de bébé. En réalité, c’est lui qui décide de la façon dont il fait son entrée dans le grand monde de la vie!

Quoi de nouveau

  • Vie de parents

    Les essentiels de voyage

  • Vie de parents

    Les difficultés langagières chez les adolescents

  • Vie de parents

    Le lien entre le langage et l'apprentissage

  • Vie de parents

    La température, quand? comment?

  • Vie de parents

    Le rôle de l'orthophoniste

  • Vie de parents

    Dyslexie, trouble spécifique du langage écrit

  • Vie de parents

    Les essentiels dans pharmacie

  • Vie de parents

    Aider son enfant à augmenter son vocabulaire

  • Vie de parents

    Apprendre les multiplications

  • Vie de parents

    Trucs et conseils pour les mots de vocabulaire

  • Vie de parents

    Phase du non

  • Vie de parents

    Coup de coeur

  • Vie de parents

    Le retrait

  • Vie de parents

    Le renforcement positif

  • Vie de parents

    Les punitions

  • Vie de parents

    Les règles

  • Vie de parents

    Les quatres styles parentaux présentés par Alexis Cliche psychoéducatrice de Vie de Parents

  • Vie de parents

    Le rôle du pharmacien d'aujourd’hui

  • Vie de parents

    C’est ça, la Vie de Parents

  • Vie de parents

    Vie de Parents - Le petit guide familial

Articles sur le même sujet

ARTICLE
AVAC : accouchement vaginal après césarienne

AVAC : accouchement vaginal après césarienne

Par Équipe Vie de Parents - 12 juin 2017

On parle d’AVAC si, précédemment, la maman a eu une césarienne, sinon, on parle d’accouchement vaginal, tout simplement.

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Articles
© Vie de Parents 2018