ARTICLE

Le moment d’arrêt

Avant que la situation se détériore et que les choses tournent au vinaigre, il y a lieu pour le parent comme pour l’enfant de s’arrêter pour reprendre son souffle et se recentrer. C’est ce qu’on appelle « le moment d’arrêt ». Quand faut-il l’instaurer? Comment le vivre? Ce sont des questions abordées dans cet article.

Comprendre le développement du cerveau

Le cerveau de l’enfant est en développement. La régulation et la gestion de ses émotions impliquent le cortex préfrontal qui est immature durant la petite enfance. Il est en maturation de 5 à 7 ans jusqu’à la fin de l’adolescence, voire même jusqu’à l’âge adulte (25 ans). L’enfant n’est donc pas capable de contrôler ses émotions car les réseaux cérébraux ne sont pas encore fonctionnels. Il a besoin de l’aide de ses parents pour arriver à prendre du recul dans les situations qui engendrent des émotions plus intenses telles que des conflits, des situations particulières difficiles (déménagement, séparation, naissance, etc.), un trop plein de stimuli, des frustrations quelconques, etc.

Publicité

Communiquer les buts du moment d’arrêt

Le moment d’arrêt est une pause momentanée que l’enfant et son parent vivent pour retrouver le calme et prévenir l’escalade vers des comportements dérangeants où la désorganisation se manifeste. À cet effet, voir les articles via viedeparents.ca « Moment d’arrêt ou retrait : deux approches différentes, partie 1 » et « Que dire du retrait? Partie 2 »

Réagir promptement. Éviter d’attendre

Dès que la soupe devient chaude, quand les choses se gâtent, avant que la moutarde monte au nez, il convient de ne pas attendre et de réagir rapidement en instaurant un moment d’arrêt. « Non! », « Je n’accepte pas! », « On s’arrête un moment! ».

Pour que l’habitude de s’arrêter se développe harmonieusement, il est préférable de ne pas menacer l’enfant en lui disant que s’il continue, il aura un moment d’arrêt. Formulé ainsi, le moment d’arrêt peut être perçu comme une punition à laquelle l’enfant s’opposera avec des cris « Non! » et des pleurs. Décréter un moment d’arrêt dès les premiers signes précurseurs de la désorganisation. Bien expliquer les buts : retrouver son calme, reprendre son souffle, avoir les idées plus claires, etc. Faire voir à l’enfant les avantages du moment d’arrêt : préserver le plaisir, le bien-être, la sécurité.

Instaurer un moment d’arrêt

S’arrêter en s’assoyant dans un endroit calme et sécuritaire et prendre un court répit (2 minutes de tranquillité) constitue un bon moyen pour vivre un moment d’arrêt. Ce moyen peut être utilisé partout : à l’épicerie, lors d’une visite, à la maison, au parc, au restaurant, etc.

Vécu positivement et présenté positivement, non pas comme une menace ou une punition, le moment d’arrêt favorise le développement de l’autonomie de l’enfant qui apprend à identifier les signes précurseurs de la désorganisation. Peu à peu, il apprend à s’arrêter lui-même avant que la situation s’envenime. Il imite ainsi le parent qui lui enseigne ce moyen pour mieux se contrôler. Prendre de grandes respirations durant le moment d’arrêt peut aussi aider à se recentrer.

Apprendre à reconnaître les signes précurseurs de la désorganisation

Les signes précurseurs de la désorganisation sont nombreux :

  • La surexcitation
  • La colère qui monte
  • L’énervement
  • L’agitation
  • L’emportement
  • Le ton qui monte d’un cran
  • Les cris
  • La tension
  • La fébrilité
  • La frustration

Mettre des mots sur ce que le parent perçoit comme signes aide l’enfant à prendre conscience des limites qui commencent à être dépassées. Le moment d’arrêt vient appliquer un frein, mettre un holà! Il installe une barrière pour demeurer dans le plaisir, le bien-être, la sécurité, comme il est dit plus tôt.

Quand l’enfant se désorganise, il se divise contre lui-même et perd ses repères. Il a besoin de son parent pour ne pas se retrouver dans cet état. Et pour cela, le parent doit écouter ses sensations et écouter son intuition.

Écouter ses sensations et écouter son intuition

En observant les signes précurseurs de la désorganisation, le parent ressent des sensations qui lui disent que la soupe devient trop chaude :

  • L’impatience
  • Le désagrément
  • La colère
  • L’irritation
  • Le mécontentement
  • L’inquiétude
  • L’insécurité
  • Le déplaisir
  • La fébrilité
  • La contrariété
  • La crispation
  • L’étonnement
  • L’agacement
  • L’exaspération
  • La nervosité
  • L’agitation
  • L’instabilité
  • L’agressivité

À ce moment, sans attendre, le parent écoute son intuition et instaure un moment d’arrêt en invitant l’enfant à se poser dans un endroit calme et sécuritaire pour un bref moment.

Offrir un modèle de contenance

Si le parent attendait pour intervenir, il risquerait de se désorganiser lui-même et ainsi offrir un modèle trop autoritaire ou trop laisser-faire (trop dur ou trop mou). La réaction rapide et constante permet de demeurer dans le « juste milieu ». En fait, le parent assure à l’enfant une sensation de sécurité en s’appuyant lui-même sur cette même sensation.

Diminuer les risques de récidive

Quand l’enfant « perd les pédales », le parent risque lui aussi d’être déstabilisé. Il ne sait plus sur quel pied danser. L’enfant peut percevoir ce manque de solidité. Il aura tendance à récidiver avec un comportement dérangeant qui manifeste son insécurité. L’enfant a besoin d’un modèle stable, solide, ferme. C’est sécurisant pour lui!

Bien doser l’ouverture aux émotions

Plusieurs parents sont soucieux de bien accueillir toutes les émotions de l’enfant, y compris les émotions négatives. Mais l’enfant par lui-même apprend peu à peu le sens des limites. L’ouverture aux émotions doit donc être bien dosée pour éviter l’invasion de celles-ci lorsqu’elles prennent toute la place.

En conclusion

  • L’enfant a besoin d’aide pour réguler et contrôler ses émotions. Son cerveau immature ne lui permet pas de réaliser ces tâches.
  • Le moment d’arrêt instauré dès les premiers signes précurseurs de désorganisation ne doit pas être présenté comme une menace ni une punition.
  • L’enfant peut apprendre à reconnaître les signes précurseurs de la désorganisation et, avec le développement de la maturité, apprendre à s’arrêter lui-même avant le débordement émotif.
  • Le parent a avantage à bien écouter ses sensations et son intuition pour intervenir rapidement. Ainsi, il peut offrir un modèle de contenance qui, par sa solidité et par la sécurité qu’il communique, peut diminuer le risque de récidive de comportements dérangeants.

Par Jocelyne Petit, Docteure en Sciences de l’Éducation

Références

Équipe Naître et Grandir, Le développement général du cerveau, avril 2024 (sur le Web)

Catherine Guégen, Le cerveau de l’enfant, 2017 (sur le Web)

Articles sur le même sujet

ARTICLE
La santé mentale des jeunes de 0 à 17 ans : Aider les jeunes à identifier, comprendre et communiquer leurs émotions

La santé mentale des jeunes de 0 à 17 ans : Aider les jeunes à identifier, comprendre et communiquer leurs émotions

Par Fondation les petits trésors - 28 septembre 2022

Vous souvenez-vous d’avoir joué avec un coin-coin lorsque vous étiez enfant? Entre amis ou en famille, il s’agissait d’un moment...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
L'hôpital et les jeunes enfants

L'hôpital et les jeunes enfants

Par Jocelyne Petit - 16 mai 2023

De nos jours, les jeunes enfants sont confrontés à notre système de santé. Ils doivent parfois aller consulter à l’urgence...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Quand l’enfant dépasse toujours les limites qu’on lui donne

Quand l’enfant dépasse toujours les limites qu’on lui donne

Par Jocelyne Petit - 8 août 2023

Vous communiquez une limite à un enfant en prenant soin de lui expliquer le pourquoi. Et voilà qu’il transgresse la...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Répondre au besoin d'attention de votre enfant

Répondre au besoin d'attention de votre enfant

Par Première Ressource - 29 août 2023

Les enfants de tous âges nécessitent de l’attention qui varie selon la personnalité et les expériences de chaque enfant. Si...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Les mythes de la parentalité positive

Les mythes de la parentalité positive

Par Pascale Gervais – Thérapeute en Relation d’Aide - 16 octobre 2023

La parentalité positive, on en entend beaucoup parler... Mais qu’est-ce que c’est, exactement ? Et surtout, qu’est-ce que ce n’est...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Apprendre à naviguer autour des défis de l’image corporelle et de l’alimentation pour aider nos enfants à s’épanouir en bonne santé

Apprendre à naviguer autour des défis de l’image corporelle et de l’alimentation pour aider nos enfants à s’épanouir en bonne santé

Par Annie Destroismaisons, Dt.P. - 3 novembre 2023

Chaque jour, nos enfants sont bombardés de normes corporelles irréalistes véhiculées par des messages contradictoires qui émanent de toutes parts –...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Les achats de Noël simplifiés: la peluche lestée la plus vendue au Canada est une idée de cadeau parfaite

Les achats de Noël simplifiés: la peluche lestée la plus vendue au Canada est une idée de cadeau parfaite

Par manimo - 24 novembre 2023

Chaque année, à cette période, les parents et les grands-parents se lancent dans une course effrénée pour trouver le cadeau idéal pour...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Comment j’ai décidé de faire ma part

Comment j’ai décidé de faire ma part

Par Céline Lamy - 4 mars 2024

Les parents auraient tout avantage à s’inspirer de la permaculture pour élever leurs enfants. Une métaphore féconde, portée par une...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
La boîte à planter lance sa campagne de financement participatif

La boîte à planter lance sa campagne de financement participatif

Par La boîte à planter - 27 février 2024

L’entreprise familiale de Québec souhaite mobiliser la communauté autour d’un projet porteur. Leur objectif est d’offrir une solution clé-en-main au...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Apprendre à se faire des amis

Apprendre à se faire des amis

Par Première Ressource - 12 mars 2024

Après la phase du jeu en parallèle qui se situe entre un et deux ans, le besoin de socialisation des...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
La grande journée des petits entrepreneurs : une occasion d’apprendre, une occasion d’entreprendre

La grande journée des petits entrepreneurs : une occasion d’apprendre, une occasion d’entreprendre

Par Lan Anh Vuong, Directrice générale, Petits entrepreneurs - 18 mars 2024

En tant que parents, on se pose une, deux… ou trois cents questions par jour au sujet de nos enfants....

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Les troubles anxieux chez les enfants : comment les prévenir? Comment accompagner?

Les troubles anxieux chez les enfants : comment les prévenir? Comment accompagner?

Par Jocelyne Petit - 3 avril 2024

  De nos jours, un nombre important d’enfants sont conduits en consultation médicale ou psychologique pour traiter des désordres liés...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Trouver le juste milieu dans l’éducation de nos enfants

Trouver le juste milieu dans l’éducation de nos enfants

Par Jocelyne Petit - 3 mai 2024

Les approches modernes en éducation orientent les parents vers la bienveillance et la parentalité positive. Plusieurs parents, de nos jours,...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2024