ARTICLE

On mord pas!

Problème de morsure…que faire?

La morsure est fréquente chez les enfants de moins de 3 ans. Plusieurs éléments sont à considérer dans l’intervention car la morsure est un geste impulsif qui survient lorsque l’enfant fait sa dentition, alors qu’il ne maîtrise pas encore ses émotions et qu’il ne verbalise pas facilement ses besoins et désirs, par la parole. Pourtant, il veut s’affirmer haut et fort! La morsure peut être un moyen pour lui d’exprimer son ressenti. Comment intervenir pour l’orienter autrement  que vers la morsure ?

Reconnaître le mal de dents

Offrir des jouets de dentition variés et parler à l’enfant de son mal de dents et de la possibilité qu’il a de se soulager un peu, en mordant dans ces jouets ou encore dans une débarbouillette froide.

Communiquer la limite

« Il est interdit de faire mal ! », « Tu as le droit d’être en colère, mais tu ne peux mordre ton frère! Ça fait mal! »

Publicité

Enseigner des gestes et des paroles pour s’affirmer et défendre son bien et son territoire

Autant pour l’enfant qui mord que pour celui qui a été mordu, enseigner dès le plus jeune âge, des gestes et paroles qui permettent de s’affirmer et de se défendre de l’invasion d’une autre personne. « Non! », « Je n’aime pas ça! », « Arrête! », « C’est à moi! », « Je ne veux pas ! », « J’ai mal! ». Confirmer l’enfant lorsqu’il s’affirme de la sorte ; « Tu as entendu, il a dit « Non! ». La main levée, le signe de tête, la tape au sol, le doigt qui fait « Non! », etc. sont des signes non-verbaux à encourager et à soutenir pour qu’ils soient compris. Renforcer l’enfant mordu pour qu’il s’exprime à l’enfant qui a mordu.

Verbaliser les ressentis, les besoins, les désirs

Mettre des mots sur les sentiments et les émotions des enfants, pour les 2 enfants en présence. Reconnaître  les besoins et désirs sous-jacents au  problème de morsure : « Tu voulais tel jouet ! ». Des images de personnes éprouvant des émotions variées comme la colère, la joie, la tristesse, la peur peuvent aider à refléter à l’enfant notre compréhension du problème. « Tu étais en colère…. », « Tu as de la peine! », « Tu as mal! » en montrant l’image correspondant à l’émotion.

Aménager l’espace pour avoir un endroit calme où un enfant peut se retrouver pour s’amuser seul et revenir quand il le désire

Si vous percevez qu’il y a eu une morsure parce qu’un enfant voulait jouer seul ,alors qu’un autre a envahi son territoire et son bien, délimiter clairement les espaces de l’un et de l’autre et vous pouvez proposer à celui qui veut jouer seul d’aller dans cet endroit calme. Confirmer chaque enfant à sa place : « Ceci est ta place ! ».

Orienter l’enfant qui a mordu vers la réparation

Lui demander ; « Quoi faire pour que ça aille mieux ? », « Quoi faire pour réparer? ». Aller chercher une débarbouillette pour soulager la douleur, aller chercher un objet de transition pour réconforter, faire un toucher doux pour calmer, etc. Plus l’enfant vieillit, plus il peut participer et donner ses idées de réparation. Demander à l’enfant mordu « Est-ce que ça ferait du bien si… ». Ne pas imposer de câlin ni d’excuses forcées.

Distinguer la personne de son comportement

Éviter de juger l’enfant qui a mordu « Tu es méchant! », « Tu n’es pas fine! », « Tu es un bébé! », « Tu n’es pas gentille! » etc. Distinguer la personne de son comportement et ne pas donner à l’enfant une image négative de lui-même; ce qui affecterait son estime de soi qui se construit durant la petite enfance.

Bien observer pour prévenir la morsure

Observer les signes avant-coureurs : des cris, des tapes au sol, un « Non! », un « Arrête! »  sont des signes donnés par l’enfant qui marquent une limite. Si cette limite n’est pas soutenue par l’adulte, des gestes agressifs, comme la morsure, peuvent survenir. Demeurer près de l’enfant qui mord « quand la soupe est chaude ».

Observer le langage non-verbal du corps et aider les enfants à le décoder

Le corps parle par ses mimiques, ses attitudes, ses gestes. Il dit « oui! » ou « non! » assez clairement si on observe bien et ce, dès le plus jeune âge. Aider les enfants à reconnaître les signes de frustration, de colère, de fermeture ou d’ouverture. Cela les aidera à développer leur empathie et à réagir mieux lorsqu’une émotion négative envahit l’un ou l’autre des partenaires de la relation.

Faire observer la cause et l’effet de l’action de mordre

Que l’enfant qui mord puisse prendre conscience qu’il y a des conséquences à ses gestes. Lui faire observer; « Ton frère s’en va. Il a peur d’avoir mal à nouveau! »

Développer les habiletés sociales des enfants

Apprendre aux enfants à demander ce qu’ils désirent. Ex. : « Est-ce que je peux prendre ce jouet? », apprendre à partager, apprendre à avoir chacun son tour, apprendre à tolérer la frustration devant un « Non! » de l’autre. Apprendre à demander de l’aide quand la tension monte est utile. Toutes ces habiletés sociales peuvent aider à résoudre le problème de morsure.

Éduquer les touchers doux et les touchers qui font mal

Utiliser des tissus doux au toucher pour enseigner à l’enfant que certains touchers sont doux et font du bien alors que d’autres touchers, comme la morsure, font mal. Vous pouvez utiliser des objets avec des textures rudes pour expliquer les touchers désagréables.

Jouer le conflit de la morsure avec des objets de jeu

Plusieurs objets de jeu montrent des dents proéminentes. On peut s’en servir pour parler des dents, des dents qui font mal quand elles percent les gencives, parler de la tentation de mordre. On peut utiliser des peluches, des figurines, des marionnettes, des images, des dinosaures, des livres sur les émotions. On peut aussi inventer des histoires où il y a un problème de morsure. Discuter avec l’enfant, l’aider à raisonner, le questionner sur les effets de la morsure, l’aider à comprendre que ça fait mal, l’aider à trouver d’autres solutions pour s’exprimer et s’affirmer. Bien entendu, ces discussions ont lieu en dehors du problème, quand la situation est sous contrôle.

Offrir du matériel de jeu psychomoteur pour canaliser l’agressivité

À l’intérieur comme à l’extérieur, il est souhaitable que l’enfant puisse bouger et extérioriser son énergie. Un tunnel pour courir à 4 pattes, des jeux physiques au sol ou dehors, des coussins que l’on peut lancer sans abîmer quoique ce soit, un vieux matelas pour sauter, etc. tout ce qu’on peut permettre à l’enfant pour canaliser son agressivité peut aider à réduire ou à enrayer le problème de morsure.

Encourager tous les progrès vers la maîtrise de soi et la verbalisation

Reconnaître les efforts de l’enfant pour se contrôler et le renforcer pour qu’il persévère peut grandement aider. Lorsque l’enfant dit avec des mots au lieu de s’exprimer avec  des gestes agressifs, l’encourager. Lui dire : « Tu es capable ! ».

Lors de stress particuliers, soutenir l’enfant

Lorsqu’il y a un changement quelconque dans la vie de l’enfant et qu’il semble affecté, le soutenir en verbalisant à nouveau ses ressentis, en lui expliquant avec des mots simples ce qui se passe vraiment (déménagement, nouvelle naissance, deuil, séparation, etc.)  . Ces situations particulières risquent de le perturber et cela peut avoir pour effet d’accroître le problème de morsure. Chercher des livres d’enfants sur le sujet qui l’affecte pour en parler avec lui et discuter des conséquences de cet évènement dans vos vies.

Offrir soi-même un modèle de contenance et de maîtrise

Par le ton, l’attitude globale, les gestes, les paroles, le langage non-verbal, l’adulte a intérêt à représenter un modèle de contenance et de maîtrise pour l’enfant. Éviter à tout prix de mordre l’enfant. Cela pourrait être compris comme une solution à la frustration puisque l’adulte le fait lui-même. Par le passé, on entendait dire souvent « Mords-le et il va arrêter! ». C’est à éviter.

Consulter le CLSC au besoin ou d’autres professionnels de la petite enfance

Si le problème perdure et que vous vous sentez démuni, vous pouvez aller chercher de l’aide professionnelle, au besoin.

 

Par Jocelyne Petit, Docteure en Sciences de l’Éducation

Référence / Équipe Naître et grandir, L’enfant qui mord, juillet 2018.

Illustration par Niko Henrichon

Articles sur le même sujet

ARTICLE
Se départir de la suce

Se départir de la suce

Par Geneviève Harvey-Miville, Les Z’imparfaits - 3 juillet 2020

Il n’est pas toujours facile pour nos enfants de dire au revoir à leur suce. Ce tout petit objet est...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Les motifs de consultation en ergothérapie

Les motifs de consultation en ergothérapie

Par Ergothérapie De la Maison à l'École - 14 août 2018

Les ergothérapeutes aident les bébés, les enfants et les adolescents qui sont aux prises avec différents problèmes de développement, qu’un...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Profiter des périodes d'éveil de notre enfant sans le surstimuler

Profiter des périodes d'éveil de notre enfant sans le surstimuler

Par Équipe rédaction Vie de Parents - 4 juillet 2018

On le sait, si on veut que notre bébé devienne l'équivalent contemporain d'Einstein (ou Xavier Dolan, c'est selon) il faut...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Mon enfant mord

Mon enfant mord

Par Geneviève Harvey-Miville - 3 mai 2018

Plusieurs raisons poussent les enfants en bas âge à mordre leurs copains de la garderie. La plupart du temps, il...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Comment se déroule un traitement d’acupuncture

Comment se déroule un traitement d’acupuncture

Par - 25 avril 2018

Plusieurs personnes sont inquiètes ou nerveuses à l’idée de recevoir un traitement en acupuncture. Voici donc la façon dont se...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Les écarts d’âge entre frères et sœurs

Les écarts d’âge entre frères et sœurs

Par Sarah Barbeau - 5 septembre 2017

Vous avez un petit amour dans vos bras, et vous vous dites que vous avez encore beaucoup d’amour à offrir....

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2024