ARTICLE

Le couple : comment se nourrir mutuellement? (2e partie)

Pour lire l’article « Le couple : comment se nourrir mutuellement? » (1ere partie)

Dans le cas que nous avons examiné dans la première partie, comme lors de plusieurs conflits, il y a quelque chose à couper…et on a besoin de ciseaux bien affilés pour bien couper en douce, sans rien effilocher, sans rien n’arracher ni déchirer. Il y a quelque chose à couper pour ne pas « tout » couper de la relation. En demandant « Tout, tout de suite » à notre partenaire, on risque de « Tout » couper lorsque notre désir n’est pas comblé sur-le-champ.

Apprendre à couper à la bonne place

Or, la vie de couple est un chemin pour apprendre à couper à la bonne place les excès de chacun. Dans la sollicitude trop grande ou dans l’affirmation trop drastique et définitive, ces excès ont pour effet de ne pas manifester de compréhension de l’autre, de ne pas considérer la différence de l’un et de l’autre et de ne pas laisser la place respective à chacun des partenaires. Dans l’exemple cité, l’homme vit dans la cuisine la sollicitude et l’omniprésence de sa conjointe. Il coupe « Tout » à l’arraché. Ainsi, au lieu de profiter du conflit réel qui se pose pour définir la place de chacun à la cuisine, le découragement l’emporte haut la main! La vision « Tout ou Rien » s’impose!

Publicité

Il est pourtant possible d’apprendre à mieux se placer, en coupant à la bonne place les excès de chacun pour qu’au bout du compte, chacun occupe sa place respective bien définie et cuisine à sa manière, en faisant ses expériences personnelles et en se construisant graduellement un sentiment de compétence. Cela demande à chacun de bouger, de déménager dans une autre position en réaménageant le partage du pouvoir nourricier, en exprimant chacun son point de vue, ses sentiments, son expérience personnelle et en ne lâchant pas le morceau!

Partager le pouvoir nourricier

Les enfants peuvent, eux aussi, participer à cette nouvelle définition de la place de chacun à la cuisine en faisant leur part. Pour éviter le conflit, il est important que la part de chacun se réalise dans des conditions d’autonomie, de responsabilité, de liberté, de créativité. L’espace n’est envahi par personne. L’aide est demandée selon le désir du chef cuisinier du moment et non imposée d’emblée. Les ressources pour soutenir la création culinaire sont disponibles (revues, livres de recettes, internet, etc.). C’est à chacun de les utiliser à sa convenance. Le processus d’apprentissage pour « faire la cuisine » et « nourrir les autres » est enclenché. On n’imagine pas des résultats « parfaits ». Chacun vit ses expériences, animé de son désir propre. Chacun développe ses compétences et progresse. L’évolution est observable. Le climat est détendu. L’approche ludique et enjoué prend le dessus. On s’amuse en nourrissant les autres. Dans ce climat, nul besoin de dire que la nourriture est bonne!

Se nourrir mutuellement est donc possible dans le couple et dans la famille si on redéfinit la place de chacun dans la cuisine, si on se repositionne pour couper à la bonne place les excès de l’un et de l’autre. Le jeu en vaut bien la chandelle parce qu’avec la nourriture physique, on reçoit une nourriture psychologique qui nourrit tout l’être. Chaque convive peut s’exprimer sur ses défis, ses préoccupations, ses bons coups, ses irritants, ses obstacles. Les repas sont des moments privilégiés d’échanges variés. Ils peuvent nourrir l’amour dans le couple et dans la famille, en réaffermissant les liens qui unissent les êtres en permettant à chacun, dans son unicité, de parler de ses expériences.

Nous avons vécu dans notre famille, avec nos trois enfants, un système où chacun était responsable d’un repas du soir par semaine. La personne en charge choisit le menu, dresse la liste des aliments requis, s’organise pour aller chercher ce dont elle a besoin, cuisine à sa manière, présente le plat selon son inspiration. Elle demande de l’aide si elle le désire. Nous avons quelques anecdotes savoureuses de repas drôles. En voici un exemple :

Nous rentrons du travail et nous sentons une délicieuse odeur de viande grillée. Cela nous met en appétit! En observant la pièce de viande qui est à cuire en se faisant saisir d’un côté et de l’autre, je prends conscience qu’il s’agit d’un rôti de palette. Généralement, cette viande doit être cuite longtemps pour être tendre. J’informe mon fils de ce fait et nous décidons de reporter au lendemain la dégustation du rôti de palette pour avoir plus de temps pour le cuire. Le soir même, nous avons improvisé un souper avec des restes.

Cet exemple nous démontre que chacun fait ses apprentissages en s’adonnant à faire la cuisine. Pour que le plaisir demeure vivant, la liberté a besoin d’être ressentie par les cuisiniers en herbe. Aucune pression extérieure ne doit être exercée pour se conformer à un modèle quelconque.

D’autres conflits, même structure!

Combien de conflits présentent le même schème :

  • invasion;
  • intrusion;
  • insistance;
  • imposition,
  • vision « Tout ou Rien » absolue;
  • recherche de résultats rapides au détriment du processus qui se vit par étapes;
  • indifférenciation ou, si l’on veut, inconsidération de la différence de l’autre;
  • insensibilité face au conflit;
  • accusation;
  • découragement, démission;
  • absence de paroles au sujet du conflit vécu.

Pensons, par exemple, aux gens qui tentent de définir leur place auprès des enfants. Ce phénomène est fréquent de nos jours. Pensons à des personnes qui suivent leur partenaire pas à pas, commentant toutes leurs interventions, les critiquant, leur disant comment agir? Où est le processus pour apprendre pas à pas? Où est l’encouragement? Ces questions sont essentielles! Le schème du conflit analysé ici est à prendre au sérieux car il reflète plusieurs réalités derrière des conflits, quand justement, on ne se trouve pas chacun à sa place bien définie.

Le conflit identitaire de chacun des partenaires

La résolution, qui sera présentée graduellement dans les articles suivants, réside nécessairement dans l’acceptation mutuelle d’un cheminement, d’un processus à long terme à vivre dans le couple pour arriver à définir et respecter la place unique de chacun des partenaires de la relation en toutes circonstances, pas juste à la cuisine. La résolution consiste aussi à apprendre à couper à la bonne place, en s’entraidant dans le couple pour couper les excès de chacun. Pour préserver ce qui est bon et ce qui fait du bien à chacun. Éviter de « Tout » balancer par-dessus bord! Le conflit fait partie intégrante de la vie de couple. On a intérêt à apprendre à le résoudre positivement.

Chaque partenaire de la relation, en lien avec son éducation et son histoire, vit un conflit identitaire pour se différencier, pour intégrer sa personnalité, pour développer son unicité. Le couple est un lieu d’apprentissage par excellence pour ce faire! L’exemple de ce qui se passe dans la cuisine révèle déjà de bons indices pour amorcer la réflexion et apprendre à mieux équilibrer le pouvoir entre les parties.

Les apprentissages se transfèrent ailleurs

Les conditions relationnelles vécues à la cuisine sont transposables ailleurs dans d’autres lieux de rencontres et d’échanges. La place occupée par chacun, une fois définie, circonscrite et respectée, s’établit d’elle-même ailleurs aussi. Les apprentissages réalisés pour se nourrir mutuellement sont transférables. La relation égalitaire vécue à la cuisine éloigne de la domination de l’un par rapport à l’autre. Chacun est apte à apprendre à nourrir les autres. La différence de chacun est mise à contribution. Nous avons là des manifestations de ce qui favorise la résolution de conflits ailleurs dans nos vies. Nous y reviendrons.

 

Par Jocelyne Petit, Docteure en Sciences de l’Éducation, counseling et orientation

Articles sur le même sujet

ARTICLE
Couple et famille

Couple et famille

Par Alexis Cliche - 21 octobre 2017

À l’arrivée du premier enfant, le couple se transformera et intégrera petit à petit un nouveau rôle, soit celui de...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Quand la techno et les écrans s'ajoutent dans la chambre!

Quand la techno et les écrans s'ajoutent dans la chambre!

Par Valérie Leblanc - 21 août 2018

Les technologies ont permis de faciliter notre quotidien à bien des égards. Il est plus facile de trouver des informations...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2022