ARTICLE

Trouver sa juste place dans une famille recomposée

La famille recomposée affronte des défis de taille quant à la place de chacun dans cette nouvelle entité, quant aux fonctions et aux rôles joués par chacun et face aux responsabilités qui reviennent à chacun des membres pour réussir cette aventure. C’est de la haute voltige! (1) Il manque de modèle pour la famille recomposée et tout est à inventer de toutes pièces. Il faut aussi considérer qu’il y a derrière une histoire de déconstruction de systèmes familiaux initiaux, histoire reliée à la séparation précédente vécue qui laisse des traces et des blessures. (1) Ce qui engendre une certaine précarité et une peur viscérale de ne pas arriver à relever le défi. Que vivent les enfants lorsqu’ils ont à intégrer une famille recomposée ? Et comment intervenir pour les aider à passer le cap ?

Que vivent les enfants ?

Les enfants en bas âge peuvent vivre de l’anxiété et de la peur quand ils sont séparés d’un de leurs parents. Ils peuvent régresser et adopter des comportements d’enfants plus jeunes. Ils ressentent les émotions vécues par les adultes qui en prennent soin et ont besoin qu’on s’occupe d’eux. Des troubles de comportement sont possibles, comme des troubles du sommeil ou encore des manifestations psychosomatiques. Le corps parle en donnant des signes d’inconfort, surtout avant que la parole ne se développe pour parler de ce qui est vécu.

Les enfants plus vieux qui sentent la déprime de leurs parents peuvent tenter de compenser en se donnant une mission de réparation et de soutien du parent fragile. Ils vivent alors comme une « parentification », c’est-à-dire qu’ils prennent une position parentale de protection de l’adulte alors qu’ils sont enfants (1). Ils peuvent aussi se sentir responsables de la séparation de leurs parents, surtout s’ils ont eu des pensées négatives à l’endroit d’un ou des parents. Ils ont le désir de voir leurs parents se réconcilier. Ils peuvent être inquiets, stressés, insécures, tristes et éprouver de la colère (2). Les enfants vivent, comme leurs parents, un processus de deuil, car la séparation signifie la mort d’un état de chose pour découvrir une nouvelle réalité. La vision du couple solide et éternel prend le bord. Les enfants peuvent se sentir écartelés entre les 2 familles qu’ils fréquentent, maintenant qu’une famille recomposée se constitue avec l’un des parents.

Une fois la famille recomposée, l’enfant peut s’identifier et s’investir face aux adultes qui en prennent soin. Mais il aura besoin de temps pour s’adapter. Et lors de ses visites chez l’un ou l’autre de ses parents, il aura besoin de retrouver un espace à lui, même réduit, qui lui soit propre, pour se sentir chez lui, avec ses affaires personnelles que personne n’aura touché d’une visite à l’autre (1). Lorsqu’il y a des tensions au sein du nouveau couple, l’enfant peut vivre de l’inquiétude en pensant qu’il pourrait y avoir à nouveau une séparation. Si un nouvel enfant naît dans le nouveau couple, l’enfant peut vivre de la rivalité, de la jalousie, en constatant que cet enfant vit avec ses deux parents, alors que ses parents à lui sont séparés. De plus, il a à faire sa place dans la nouvelle fratrie composée de frères, sœurs, demi-frères, demi-sœurs, quasi-frères, quasi-sœurs. C’est comme une jungle affective et familiale ! Il peut réagir négativement au changement dans la fratrie.   L’enfant peut considérer à prime abord le beau-parent comme un obstacle à la réconciliation de ses parents biologiques.

Comment accompagner les enfants lors d’une recomposition familiale ?

  • Établir le dialogue avec l’enfant. Par la parole, préparer l’enfant au changement qui s’en vient. Expliquer clairement ce qui va changer et ce qui ne changera pas. Vivre le processus de résolution de problèmes et de conflits (Voir l’article paru dans Vie de Parents « Comment aider les enfants à résoudre leurs conflits? ») Ce processus en 6 étapes s’applique autant aux adultes qu’aux enfants. Le dialogue est la pierre angulaire de la réussite! Permettre l’échange dans la confrontation des idées de chacun des partenaires de la relation. Le non-dit fait souffrir. Oser parler des problèmes et dévoiler ses émotions positives et négatives. Impliquer les enfants dans les décisions qui les concernent en demandant leurs avis sur la répartition des espaces dans la maison. Vérifier s’ils sont satisfaits. Les consulter sur le lieu d’habitation. Parler du projet d’enfant avec eux. Dire ce qu’on a sur le cœur. Dire la vérité aux enfants. Les respecter comme individus. Apprendre à se parler sans blâmer, exprimer ses besoins, clarifier les rôles de chacun et les règles, exprimer ses émotions de manière constructive (2). Faire des conseils de famille où chacun peut s’exprimer. Démontrer de la gentillesse, de l’attention, de l’écoute des besoins des enfants.
  • Garder les enfants à leur place d’enfants. Éviter de les traiter comme de petits adultes confidents qui deviennent alors parents des parents.
  • Différencier les liens de sang des liens de cœur. Différencier chaque membre de la famille recomposée. Identifier les liens de filiation des liens exclusivement affectifs. Identifier les demi-frères, demi-sœurs et les quasi-frères, quasi-sœurs. Nommer les différences.
  • Donner libre accès au jeune à ses 2 parents. Vivre la continuité dans ses relations avec les membres de sa famille initiale en ayant des contacts réguliers. Préserver une image positive des 2 parents biologiques. Éviter le dénigrement. L’accusation et la critique sont néfastes. Éviter aussi les discours dépréciateurs au sujet du conjoint duquel on s’est séparé.
  • Ne pas forcer l’amour au sein de la famille recomposée. Laisser-être les divergences, les petites frictions. Avec le temps, bien des choses se tassent d’elles-mêmes. Favoriser la communication ouverte et authentique. Laisser à chacun le temps de se repositionner dans l’échiquier familial.
  • Prendre du temps en dyade pour s’apprivoiser mutuellement. Entretenir la relation parent-enfant, beau-parent-enfant, etc. Vivre ensemble des expériences enrichissantes qui plaisent à chacun. Démontrer à l’enfant votre amour en lui disant qu’il occupe une place importante dans votre cœur. Apprendre à s’écouter, partager, se soutenir, faire confiance, développer de la patience
  • Construire un génogramme pour définir la place de chacun dans la famille recomposée. Le génogramme est un dessin où sont inscrits les liens de sang pour aider l’enfant à se retrouver dans la complexité des liens de sang et de cœur. Ce dessin est une représentation visuelle des membres de la famille recomposée avec une maison pour chaque couple qui a eu des enfants et des maisons séparées quand il y a eu une séparation. Ce dessin ressemble à un arbre généalogique (1). Définir à partir de ce dessin la place de chacun dans la hiérarchie familiale. Cela simplifie nettement les relations. Les liens génétiques nommés tiennent compte du besoin d’identité et de sécurité de l’enfant.
  • Tenir compte et accepter l’histoire de chacun. Reconnaître chacun dans sa spécificité, son identité et son histoire particulière.
  • Soutenir le double défi d’intégration et de différenciation de l’enfant. Ce dernier doit à la fois trouver sa place dans la nouvelle famille et se différencier comme individu unique. Il vit donc un processus pour « faire partie de.. » et pour exprimer sa différence. Il ne s’agit donc pas de traiter tous les enfants de la même manière puisqu’il faut tenir compte de leurs différences. Porter une attention à chacun des enfants de la nouvelle entité.
  • Organiser l’espace pour que chacun y trouve son territoire. Faire preuve de mobilité quand il est question de l’espace, du mobilier à partager. Tenir compte des besoins et intérêts des enfants.
  • Laisser à chacun le temps de digérer l’épreuve. Prendre le temps de pleurer, refuser, négocier avec les évènements douloureux. Respecter les limites en écoutant les sensations corporelles et leur évolution dans le temps.
  • Conserver le plus de repères possibles. Quand c’est possible de garder la maison familiale initiale, l’enfant y préserve ses souvenirs et il peut se sentir moins déstabilisé. Maintenir les habitudes et les routines. Ne modifier que ce qui a besoin de l’être. Utiliser un calendrier avec 2 couleurs : une pour maman, l’autre pour papa, pour donner des repères dans le temps.
  • Solliciter l’aide de tiers compétents : notaires, médiateurs familiaux, psychothérapeutes pour solder la vie du couple conjugal et surtout différencier la dette financière de la dette affective.
  • Accéder graduellement à l’exercice de la discipline familiale comme beau-parent. Ne pas imposer à l’enfant de nommer « papa » l’être qui n’est pas son père, ni de nommer « maman », l’être qui n’est pas sa mère. Au début, laisser au parent biologique le soin de discipliner l’enfant. Respecter le rythme de l’enfant dans la communication de règles de fonctionnement dans la nouvelle famille.

Par Jocelyne Petit, Docteure en Sciences de l’Éducation

 

Références

  • Jean-Paul Sauzède, Anne Sauzède-Lagarde, Former une famille recomposée heureuse, InterÉditions, 2013.
  • MarieChristine Saint-Jacques, Claudine Parent, La famille recomposée, une famille composée sur un air différent, Éditions de l’hôpital Sainte-Justine, 2002.

Docteur Catherine Dolto, Colline Faure-Poirée, Ma famille recomposée, Éditions Mine de Rien, Gallimard Jeunesse Giboulées, 2020 (livre pour enfants)

Articles sur le même sujet

ARTICLE
Comment enseigner le bon comportement piéton à nos enfants

Comment enseigner le bon comportement piéton à nos enfants

Par Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), Équipe de Vie de Parents - 14 août 2018

Collaboration SAAQ & Équipe Vie de Parents La rentrée, c’est un peu comme le premier janvier de la famille : on...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
L'éducation à la sécurité, sans traumatiser

L'éducation à la sécurité, sans traumatiser

Par Équipe rédaction Vie de Parents - 13 juin 2018

Une disparition d'enfant, ça brise le cœur de tout le monde quand ça passe aux nouvelles, mais en tant que...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Les 5 astuces pour ne plus avoir froid aux pieds

Les 5 astuces pour ne plus avoir froid aux pieds

Par Cliniques Équilibre - 5 février 2021

Randonnée en raquettes, glissade, ski… La saison hivernale est remplie d’activités amusantes et sportives qui nous donnent envie de jouer...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Se protéger pour profiter de sa liberté!

Se protéger pour profiter de sa liberté!

Par Gamache assurances - 4 mai 2021

    Collaboration Gamache Assurances   Êtes-vous du type nomade dans l’âme? Que vous partiez sur la route quelques jours,...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2021


Advertisement