ZONE MEMBRES

Bientôt disponible!




ARTICLE

L’insémination intra-utérine expliquée en toutes ses étapes

 

  1. L’insémination intra-utérine : c’est quoi ?

L’insémination intra-utérine (IIU) est fréquemment la première procédure dans le cadre de la procréation médicalement assistée. Le principe de l’IIU homologue se base sur l’injection du sperme dans la cavité utérine de la femme.

L’IIU a comme objectif de faciliter la rencontre des spermatozoïdes avec l’ovule et d’ainsi accroître les chances de grossesse. L’IIU est une procédure simple qui peut être considérée dans les situations suivantes :

  • Une infertilité qui n’est pas expliquée.
  • Une infertilité liée à des causes médicales féminines telles que chirurgie antérieure du col utérin, l’endométriose, minime à légère, avec au moins une trompe de Fallope perméable, etc.
  • Une infertilité masculine reliée à une réduction légère ou notable de la concentration et/ou de la mobilité des spermatozoïdes.
  • Une infertilité due à l’impossibilité d’avoir des rapports sexuels telle que la dysfonction érectile, vaginisme, facteurs psychogènes etc.

L’insémination intra-utérine requiert le contrôle de 2 paramètres essentiels pour accroître son taux de succès : le moment de l’insémination ainsi que la préparation des spermatozoïdes.

  1. À quel moment devrait-on effectuer l’insémination ?

Afin de faciliter la rencontre des spermatozoïdes et de l’ovule, l’IIU doit être effectuée à un moment qui se rapproche de l’ovulation. Pour déterminer à quel période aura lieu l’expulsion de l’ovule, il existe 2 méthodes de synchronisation : le test urinaire permettant de détecter l’ovulation et le suivi échographique de la maturation des follicules ovariens.

Le test urinaire d’ovulation est la méthode la plus pratique et la plus simple. Ce test peut être effectué chez Fertilys, dans les magasins à grandes surfaces, ou en pharmacie. Il peut également être effectué à domicile. Le principe de ce test se base sur la détection du LH (taux d’hormone lutéinisante) dans l’urine. Un pic de LH se produit habituellement 24 à 36 heures avant l’ovulation, ceci nous permet donc d’estimer le moment auquel l’ovule pourra être fécondée.

L’ovulation peut également être déterminée par un suivi échographique. Grâce à différents types d’échographies, on peut ainsi visualiser le nombre de follicules ovariens qui se développent pour y observer l’évolution de leur taille. Dès que le follicule dominant atteint une taille spécifique (entre 18 et 25 mm), l’ovulation sera déclenchée de manière artificielle à l’aide d’une injection d’hormone gonadotrophine chorionique (hCG). L’hCG mime le pic pré-ovulatoire de LH ce qui va ainsi induire l’ovulation à la place de la LH sécrétée de manière naturelle. Puisque l’ovulation a lieu environ 36 heures suivant l’injection, un rendez-vous pour l’insémination est fixé le lendemain ou le surlendemain.

  1. Comment prépare-t-on les spermatozoïdes ?

Lors de l’insémination intra-utérine, les spermatozoïdes sont déposés directement dans la cavité utérine de la femme, ce qui leur permettra de facilement passer le col de l’utérus. Au préalable, une préparation adéquate du sperme doit être effectuée pour assurer de meilleurs résultats lors de l’IIU.

Lorsque l’échantillon de sperme est produit par l’homme, il doit d’abord être liquéfié avant son traitement. Nous recommandons de produire l’échantillon à la clinique.

Il est ensuite déposé dans un incubateur à 37oC pendant une demi-heure pour lui permettre de se liquéfier. Si l’échantillon est produit à domicile, il doit être transporté à température du corps pour ainsi conserver son intégrité de manière optimale et lui permettre de se liquéfier (Ex. le transporter sous l’aisselle ou sur le ventre).

Au laboratoire, suite à la liquéfaction, une goutte de l’échantillon est d’abord placée sur une lame de comptage ce qui permettra d’évaluer, au microscope, la concentration et la mobilité des spermatozoïdes. Le reste de l’échantillon est déposé sur une solution, sous forme de gradients croissants de densité, ce qui facilitera aux spermatozoïdes mobiles d’être concentrés dans le fond du tube, par centrifugation.

Lorsqu’ils sont concentrés, les spermatozoïdes mobiles sont déposés dans une solution de lavage : ceci nous permettra d’éliminer les impuretés ainsi que le liquide séminal. À noter que le liquide séminal doit être éliminé de la préparation. Celui-ci peut causer des contractions utérines et exposer la femme à des risques d’infections pelviennes suite à l’insémination.

Prochaine étape : un cathéter (un tube flexible) aspire la solution contenant les spermatozoïdes mobiles.

L’insémination pourra donc être réalisée par le docteur et les spermatozoïdes seront déposés dans la cavité utérine par l’entremise du cathéter.

 

  1. Quels sont les taux de succès ?

Lorsqu’on la combine à une stimulation de l’ovulation, l’IIU a plus de chances de réussir. Selon certaines études, les taux de succès en insémination peuvent varier entre 10 et 15%. Le tiers des femmes âgées de moins de 40 ans pourront être enceinte durant leurs 3-4 premiers cycles d’insémination. Si, après plusieurs cycles d’inséminations, les résultats ne sont pas positifs, la FIV sera alors considérée.

 

Par Rachel Richard, technicienne du laboratoire de biochimie à Fertilys, T.M, R.T

Fabien Joao, technicien du laboratoire de biochimie à Fertilys, M.Sc.

 

Articles sur le même sujet

ARTICLE
Insémination artificielle et fécondation in vitro

Insémination artificielle et fécondation in vitro

Par Équipe Vie de Parents - 3 novembre 2017

Insémination artificielle et fécondation in vitro L’infertilité est un nuage bien noir qui plane au-dessus de la tête des personnes...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2020