ZONE MEMBRES

Bientôt disponible!




ARTICLE

Le développement de l’enfant: les facteurs d’influence et nos aptitudes en tant qu’ergothérapeute

Le cerveau est une machine complexe qui commence à se développer durant la période fœtale. On pourrait croire que le développement du cerveau est uniquement programmé à l’avance par la génétique. Selon mon expérience clinique, j’ai pu observer que ce développement semble aussi souvent influencé par les expériences que vit le bébé au moment de sa naissance ainsi qu’au cours de ses premiers mois de vie.

Un nouveau-né naît avec plus de 100 milliards de neurones, qui doivent parvenir à maturité, se connecter entres elles et se spécialiser. Les expériences que le nourrisson vivra à partir de ses sens dans les premiers mois de sa vie façonneront l’architecture de son cerveau. Un nombre phénoménal de connexions synaptiques se feront au gré de ces expériences, assurant la maturation neurologique du cerveau, de manière à s’arrimer aux environnements humain et physique dans lequel il vit.

Une fois sorti de son doux milieu aquatique, le bébé vit un changement majeur, qui durera jusqu’à sa mort: il est exposé à la gravité, ainsi qu’au monde extérieur, qui est rempli de stimuli sensoriels. Le portage, l’allaitement et le jeu au sol sont des clés, à mon avis, qui peuvent contribuer en partie à vivre cette transition en douceur.

SE CONSTRUIRE… POUR TOUTE LA VIE

Le bébé est en quelque sorte préprogrammé pour réaliser des gestes moteurs grossiers tels que contrôler sa tête, rouler, ramper, marcher à quatre pattes, puis marcher de manière autonome debout. Parallèlement à cela s’acquièrent des habiletés motrices fines. C’est ce qu’on appelle les «étapes neuroévolutives». Ces étapes motrices sont réalisées majoritairement dans la première année de vie. Les étapes neuroévolutives amènent l’enfant à dissocier chaque partie de son corps et à bouger contre la gravité.

Si ce processus se fait de façon naturelle, innée, chez le nouveau-né, il faut savoir que l’environnement peut aider au processus, ou au contraire lui nuire. Les expériences sensori-motrices agissent sur l’architecture du cerveau.

Le bébé construit donc, avec son environnement, ce qu’on appelle la «topographie» de son corps, soit des cartes bien précises des différentes parties du corps: leur position sur le corps, leur longueur, leur position les unes par rapport aux autres, etc. Ceci contribue donc à la conscience corporelle de l’enfant, élément essentiel et grandement impliqué dans la réalisation de diverses tâches quotidiennes (alimentation, marche, course, nage, habillage, hygiène, apprentissages académiques).

En outre, l’enfant commence dans les premiers mois de sa vie à construire sa force, son contrôle postural et sa coordination. Il développe des repères précis du temps et de l’espace qui lui serviront toute sa vie, autant pour la motricité que pour la réalisation de toutes ses occupations, notamment ses apprentissages scolaires (lecture, écriture, mathématiques, etc.). Ceci se fait principalement par l’expérimentation active des relations causales entre son corps et son environnement.

NOTRE POUVOIR EN TANT QU’ERGOTHÉRAPEUTE PÉDIATRIQUE

Dans le cas où divers problèmes ou difficultés surviennent dans le développement de l’enfant, qu’ils soient d’origines génétique ou environnementale, l’ergothérapeute peut intervenir sur différents aspects. Le support thérapeutique qu’il apportera est non négligeable. La combinaison d’approches thérapeutiques neurodéveloppementales, cognitives ou spécifiques à la tâche s’avère intéressante à utiliser dans le but de s’assurer de stimuler adéquatement le neurodéveloppement du tout-petit et de consolider les apprentissages. Depuis plusieurs années, la nature nous indique que l’humain possède un programme neuromoteur préprogrammé et qu’il est pertinent de le stimuler via la plasticité neuronale.

Ainsi, nous pouvons constater cliniquement que les actions posées par les parents peuvent possiblement avoir un impact positif sur le développement de l’enfant. Cela dit, parfois les circonstances ne permettent pas de vivre un allaitement réussi et soutenu dans le temps, ou alors bébé ne peut se développer de façon innée et naturelle au sol ou être porté…De plus, dans certains cas, malgré l’application de ces stratégies, on note des difficultés développementales à court et moyen terme et ce, pour diverses raisons. Le support thérapeutique que nous offrons en tant qu’ergothérapeutes peut avoir un impact significatif sur le développement des enfants pour qui certaines difficultés apparaissent et persistent. Il est donc important de consulter un ergothérapeute au moindre doute!

RÉFÉRENCES

Boundy, E.O., Dastjerdi, R., Spiegelman D. et al. (2016) Kangaroo Mother Care ans Neonatal Outcomes : A Meta-analysis. Pediatrics, 137(1), e20152238.

Coutya, J. (2015). Quand une ergothérapeute noue l’entreprenariat et le portage. erg-go! : Revue des ergothérapeutes du Québec, 6, 32-36.

Dee, L.D., Li, R., Lee, L.-C. et Grummer-Strawn, M.L. (2006). Association Between Breastfeeding Practices and Young Children’s Language, Pediatrics, 119, S92-98.

Ferber, S. G. et Makhoul, I. R. (2004). The effect of skin-to-skin contact (kangaroo care) shortly after birth on the neurobehavioral responses of the term newborn: a randomized, controlled trial. Pediatrics, 113(4), 858-865.

Ghassabian, A., Sundaram, R., Bell, E., Bello, S.C., Kus, C. et Yeung, E. (2016). Gross Motor Milestones and Subsequent Developpment, Pediatrics, 138(1), e20154372.

Horwood, J. et Fergusson, D. (1998). Breastfeeding and Later Cognitive and Academic Outcomes. Pediatrics, 101(1), e9.

Mustard, F. J. (2010).Développement du cerveau dans la petite enfance et développement humain. 

Trucs & conseils
Vie de Parents

Vie de parents
  • Lorsqu'on réconforte ou console un enfant, son cerveau produit de l'ocytocine, une véritable «hormone du bonheur» qui permet à l'enfant de développer un lien d'attachement avec ses parents.
  • Au cours de sa première année de vie, c'est comme si votre enfant reproduisait en miniature des années d'évolution du singe vers l'homme (une beau singe cute, là, on ne traite pas votre bébé de singe). Vers 4-5 mois, il contrôlera ses mouvements de tête, vers 6-8 mois, il arrive à se tenir assis sans soutien pendant des brefs moments, vers 9-11 mois, il arrive à se lever et à tenir debout quelques secondes et marche à quatre pattes. Vous connaissez la suite...
  • Tentez d’éviter les comparaisons. Tous les bébés sont différents. À moins de penser à une situation problématique, laissez les choses arriver d’elles-mêmes. Sinon, tout peut devenir stressant et une escalade de comparaisons, ça peut aller vite.

1/3

Articles sur le même sujet

ARTICLE
Les premières

Les premières

Par Jean-Philippe Clément, Équipe Vie de Parents, Équipe Rédaction - 7 août 2017

Premiers sons et mouvements  Pas de panique. Votre enfant va pleurer. Même s’il vous aime! C’est sa seule façon de...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2018