ZONE MEMBRES

Bientôt disponible!




Vie de parentsVie de parents
Retour
ARTICLE

Le « burn-in » et le « burn-out » parentaux

Plus que jamais les parents sont conscients de leurs effets sur le développement et le bien-être de leur enfant. Les parents d’aujourd’hui se sentent aussi de plus en plus observés, évalués et bombardés d’informations concernant les meilleures pratiques parentales. Depuis les dernières années, deux sujets de recherche que l’on croyait distincts se sont fusionnés. Les études sur le « burn-out » ou l’épuisement (souvent associé à l’épuisement professionnel) ainsi que celles sur la fatigue des parents ont démontré que les effets et les stades d’épuisement du « burn-out » sont similaires. Des études menées entre autres par Moïra Mikolajczak et Isabelle Roskam et on permit de comprendre le « burn-out » parental.

Selon les auteurs, en plus de facteurs individuels et contextuels, la pression d’être un parent parfait, seraient des facteurs contribuant au « burn-out » parental.

Comment se définit le « burn-out » parental?

Il s’agit d’un état en trois critères :

  1. L’épuisement physique et émotionnel, présente souvent les manifestations suivantes :
    1. Fatigue physique et/ou psychologique
    2. Impression d’être vidé
    3. Pleurs
    4. Impression que la tâche est trop grande, voir les tâches comme de grosses montagnes à surmonter.
  1. La distanciation affective avec les enfants, par exemple :
    1. Écouter son enfant d’une oreille distraite
    2. Moins prêter d’attention aux enfants qu’avant
    3. Moins accorder d’importance à ce qu’ils vivent ou ressentent
    4. Dans certains cas, ne plus arriver à montrer à ses enfants qu’ils sont aimés.
  1. La perte d’efficacité et d’épanouissement parental, par exemple :
    1. Ne plus se sentir efficace dans son rôle de parent
    2. N’a plus l’impression d’être ce qu’il souhaite
    3. N’a plus l’impression d’être un bon parent.

Il est à noter que ce sont des exemples de manifestations. Si vous vous reconnaissez dans ces exemples, cela ne veut pas dire que vous êtes en « burn-out » parental. Pour que votre état puisse correspondre à cette définition, deux des trois critères sont nécessaires. Si vous vivez différentes manifestations mentionnées ci-haut, parlez-en à votre conjoint, à un confident, un médecin ou un psychologue.

Les chercheurs parlent de « burn-in » avant l’atteinte du « burn-out ». Pourquoi? Dans les différentes étapes menant à l’épuisement, on peut s’imaginer que la personne vise haut, comme une fusée. On vise haut mais on néglige de remettre du carburant pendant l’ascension vers cet idéal…alors on finit par chuter. C’est lors de l’écrasement de la fusée que l’état de « burn-out » se déclare atteint.

Le « burn-in » se vivrait en 5 phases :

  1. La famille et le parent idéalisés : le parent essaie d’atteindre un idéal. Cet idéal peut être en lien avec la manière dont il a vécu sa propre enfance ou encore déclenché par des pressions externes de l’environnement.
  2. Le surinvestissement : se manifeste surtout par l’impression d’être indispensable, ce qui fait que le parent s’investit davantage. Il est possible qu’un parent ait à ce moment de la difficulté à déléguer.
  3. Le sacrifice de soi : le parent néglige ses besoins au profit de ceux de ses enfants. Le danger est qu’à cette phase, le parent ne remarque plus ses besoins et ses manques (activités, loisirs, sommeil, hygiène, vie de couple).
  4. La frustration : lorsque le parent prend conscience que tous ses efforts ne portent pas fruits, du moins pas à la hauteur de ses attentes, il devient frustré.
  5. La perte d’énergie : le parent prend conscience de la fatigue accumulée. À ce stade, si le parent ne commence pas à prendre soins de lui, il risque de tomber la phase du « burn-out ».

Il est possible de naviguer dans les différentes phases sans atteindre le « burn-out ». La plupart des parents ne dépassent pas la phase de la perte d’énergie. Il y a différents facteurs de risques (les caractéristiques du parent, de l’enfant, les situations stressantes, la relation de couple, la santé, etc.) qui peuvent mettre certains parents davantage à risque.

Que vous soyez en « burn-out » parental ou non, il est important de continuer à prendre soin de vous, même si vos enfants sont la prunelle de vos yeux! Après tout, si vous êtes en forme et disponible, vous vous sentirez mieux dans votre rôle de parent et vos enfants en bénéficieront. Il est démontré que plus un parent se sent compétent, plus il le devient.

Prendre du temps pour soi, s’investir dans des activités, dans les sphères de vie que vous avez délaissées ou renouer avec votre partenaire ne sont que quelques exemples de changements que vous pouvez effectuer rapidement. Sur le long terme, afin de se sortir de cet état émotionnel et de ne pas y retomber, il est recommandé de travailler la gestion du stress. Les études montrent qu’une bonne gestion de nos émotions nous aide à mieux gérer le stress.

Voici quelques étapes afin de vous aider dans la gestion de vos émotions. Ces étapes sont des outils afin de vous faire prendre conscience de comment vous vous sentez dans vos situations quotidiennes et d’agir en fonction de vos besoins.

  1. Identifier vos émotions
    1. Cet évènement me fait sentir : triste, irrité, fâché, anxieux, incompris, etc.
  1. Comprendre vos émotions
    1. Quel était le déclencheur?
    2. Comment ai-je interprété la situation?
  1. Communiquer
    1. Parler aux personnes concernées.
    2. Les émotions sont un outil de communication. Depuis l’ère préhistorique, elles sont là pour nous faire prendre conscience des dangers et y réagir adéquatement (par exemple, l’anxiété nous fait courir plus vite, les larmes sont des analgésiques naturels, etc.). Une fois que vous avez écouté et compris vos émotions, de les partager à l’autre vous aidera à sentir vos besoins remplis.

Être parent comporte son lot d’émotions, être plus à leur écoute vous aidera aussi à ressentir celles qui font du bien!

Références
Boisvert, J.-M. & Beaudry, M. (2012). S’affirmer et communiquer. Éditions de l’homme.
Mikolajczak, M. & Roskam, I. (2017). Le burn-out parental, l’éviter et s’en sortir. Éditions Odile Jacob.

Articles sur le même sujet

ARTICLE
Vie de parents

L’attachement

Par Sarah Barbeau - 13 juin 2017

On parle beaucoup d’attachement ces temps-ci, et de différentes méthodes qui doivent aider ou nuire à l’attachement entre la mère

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2017