Retour à Langage et parole

Bégaiement

Le bégaiement est ce qu’on appelle un trouble de la parole et plus précisément de la fluence. C’est un trouble caractérisé par des hésitations fréquentes et plus ou moins importantes qui empêchent l’individu de parler de façon fluide et continue et qui rendent son discours saccadé.

De manière générale, le bégaiement se manifeste par :

  • Des répétitions de mots d’une seule syllabe:
    • Mais-mais-mais moi je veux pas y aller;
    • Ma mère pis-pis-pis-pis-pis mon frère sont ici.
  • De répétitions de parties de mots:
    • Il est beau ton man-man-manteau;
    • J’ai-j’ai-j’ai-j’aimerais ça avoir un verre de jus.
  • L’allongement d’un (ou de plusieurs) son(s) dans un mot:
    • Mmmmoi là, jjjjjj’aime pas les carottes;
    • Y ssssssait pas quoi faire.
  • Un blocage sur un mot ou une partie de mot (comme si le reste du mot ne voulait pas sortir):
    • Non! Moi j’veux p……as jouer à ce jeu-là;
    • Veux-tu jouer a……vec moi?
  • Des pauses inappropriées en plein milieu d’un mot ou d’une phrase, pour reprendre son souffle notamment :
    • J’aime (inspire) pas les cham(inspire)

Parfois, quand l’individu bégaie, il semble forcer pour faire sortir le mot qui bloque ou pour poursuivre sa phrase. Ces efforts peuvent entrainer des tics moteurs qui accompagnent les moments de bégaiement, comme cligner des yeux ou hocher la tête, mais ce n’est pas toujours le cas.

Le bégaiement apparaît le plus souvent vers l’âge de 2-3 ans. À cet âge, le langage se développe rapidement et l’enfant commence à faire des phrases et à parler davantage*. Chez la plupart des enfants de cet âge, le bégaiement se résorbe naturellement sans qu’on n’ait à intervenir. De plus, il est possible que le niveau de bégaiement de l’individu varie dans le temps et selon le contexte (par exemple, période de stress, fatigue, excitation, etc.).

Des éléments peuvent cependant augmenter les risques que le bégaiement persiste:

  • Si des membres de la famille proche ont déjà présenté ou présentent un bégaiement;
  • Si le bégaiement persiste depuis plus de 6 mois, et ce, que le niveau de bégaiement ait varié ou non dans le temps.

Si votre enfant rencontre l’un ou l’autre de ces critères (ou les deux), il est recommandé de consulter en orthophonie pour amorcer une intervention ciblée afin de réduire et de contrôler le bégaiement.

Le bégaiement peut également apparaître plus tardivement au cours du développement de l’enfant (à l’âge scolaire et même durant l’adolescence), mais c’est plus rare. Toutefois, lorsque cela se produit, il est recommandé de consulter en orthophonie dès que vous le remarquez, puisque les chances que le bégaiement disparaisse naturellement une fois passé l’âge de 4 ans sont beaucoup plus minces.

Si vous avez un doute sur le bégaiement de votre enfant, l’orthophoniste est le professionnel qui sera en mesure de vous dire, dès la première rencontre, si votre enfant a réellement un problème de bégaiement et le niveau de sévérité de ce dernier. Par la suite, un suivi pourra être amorcé pour amener votre enfant à parler de façon plus fluide et vous donner les outils nécessaires pour l’accompagner. De façon générale, le bégaiement se traite relativement bien. Toutefois, plus l’intervention est amorcée en bas âge, meilleur est le pronostic.

*Il est à noter que dans le cas d’un enfant présentant un retard ou un trouble de langage, le bégaiement peut survenir à un âge plus avancé selon l’évolution de son langage.

 

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les professionnels de votre région.

Trouvez un professionnel

© Vie de Parents 2024