ZONE MEMBRES

Bientôt disponible!




ARTICLE

Pourquoi je ne serai pas performante durant cette quarantaine

À bas la quarantaine de performance

 

À voir les multiples idées données sur les réseaux sociaux, on a l’impression que pour « profiter » de cette quarantaine, le monde entier s’est mis dans la tête de performer encore plus que d’habitude. Pour certains, ça ajoute à l’anxiété, déjà bien présente (allo, je travaille avec les points de presse en background). Vous me connaissez, toujours là pour vous déculpabiliser, je me suis mis en tête de vous baisser la barre des exigences au plus bas. Et limite même, d’en faire une réglisse : croquez dedans, merci bonsoir, les attentes n’existent plus!

 

Voici maintenant pourquoi je ne serai pas performante durant cette quarantaine :

 

  1. J’ai un enfant à la maison

C’est la première raison, et la fondamentale. Je dois continuer à télétravailler, mon chum s’occupe presque temps plein de notre 2 ans et demi, je prends des pauses pour les nourrir. Je me sens coupable quand il me demande d’aller jouer sur le balcon avec lui. Fait que non, je n’ai pas particulièrement le temps de partir un projet super spécial pour lui apprendre à cuisiner en me déguisant en personnage de la Pat Patrouille. Désolée.

 

  1. Je n’aurai pas des fesses de fer

Faire du sport, j’aime ça moyen en général, je préfère rester assise à tricoter. Oui, je bouge un peu, je fais quelques vidéos de yoga quand j’ai le temps, comme avant. Fait que non, Yogimaster, mes abs seront pas à point pour le bikini. Anyway, rendu là, ça semble un peu ridicule d’être tight comme une barre de fer si tu tombes malades. J’aime mieux prendre soin de mon moral, de mon mental, petit ventre de gâteau au fromage à l’appui.

 

  1. Je ne me transformerai pas en éducatrice

Les éducatrices de mon fils sont des anges, des superhéroïnes, des saintes, et si j’ai le moindre temps de spare, je vais le passer à leur tricoter des mitaines ou des bas pour leur dire merci. Parce que même si je le réalisais avant, je réalise encore plus à quel point leur travail est exigeant. Mon enfant ne sera donc pas parfait au terme de ce confinement, n’apprendra pas à lire à 2 ans et ne sera probablement pas passé le stade des couches encore. So be it.

 

  1. Je ne rénoverai pas ma maison

Certes, parce que je n’ai AUCUNE compétence en la matière. Poser de la céramique par moi-même mettrais mes proches en danger d’exposition grave aux moisissures. Ma maison va rester ordinaire.

 

  1. Je ne ferai pas de ménage du printemps

Oui, je vais essayer de maintenir un milieu de vie correct. Mais pour toutes les raisons mentionnées plus haut, ça se peut que des moutons de poussière vivent la quarantaine avec nous. Désolée d’avance pour ce rassemblement.

 

  1. Je n’apprendrai rien de nouveau ou presque

Bon, à part beaucoup d’informations sur le coronavirus, je ne me suis pas mis en tête d’apprendre une langue, un nouveau sport, le macramé, les pousses de whatever… je ne lirai pas non plus 56 livres. Grand bien en fasse pour ceux qui peuvent le faire et qui cherchent à s’occuper. Je suis occupée, merci.

 

  1. Je ne ferai pas de levain, de fermentation, de jardinage

J’ai bien essayé de faire des germinations, ressorti mes graines pis oublié de les rincer 2 fois par jour et… voilà qu’elles étaient moisies. Premier échec de quarantaine. Faque tsé, maintenir un levain en vie. Je fais ça avec un 2 ans. À date, ça, ça va. J’attends vos félicitations. 😉

 

L’affaire à garder en tête, c’est qu’on n’est pas obligés de sortir MEILLEURS de cette quarantaine. On n’est pas tenus de performer, de s’améliorer. En ce moment, on pose un geste responsable, héroïque, en restant chez nous pour protéger les plus vulnérables de notre société. C’est quand même le beurre et l’argent du beurre, déjà. On n’a pas besoin d’aller à la guerre, de se priver tant que ça, on est dans le luxe et le privilège de rester avec nos proches et de cuisiner pour s’alimenter dans un système dont on profite souvent trop. On n’a même pas à se restreindre tant que ça. Peut-être que c’est un beau moment pour réfléchir à notre chance. Celle d’être en santé, en forme, en moyens pour survivre à tout ça.

 

 

Articles sur le même sujet

ARTICLE
La coparentalité: quand les parents font équipe!

La coparentalité: quand les parents font équipe!

Par Caroline Dufresne - 13 juin 2017

« Je le sais que ton père a dit oui pour t’aider avec ton devoir, mais je suis bien meilleure que...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Papaoutai? Mamaoutai? Parent présent mais parfois absent!

Papaoutai? Mamaoutai? Parent présent mais parfois absent!

Par Geneviève Harvey-Miville, Les Z’imparfaits - 5 février 2019

On se le fait dire souvent: rien n'est plus précieux que le temps passé avec nos enfants. Et on est...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2020