ZONE MEMBRES

Bientôt disponible!




ARTICLE

Petit guide des applications pour parent pas trop branché

L’avènement des réseaux sociaux depuis quelques années amène un clash générationnel. En effet, les appareils technologiques quotidiens, tels que cellulaire, tablette et iPod se retrouvent dans les mains de nos enfants de plus en plus tôt (on se rappelle que j’ai eu mon premier cellulaire au cégep pour des raisons de sécurité…). Il n’est pas rare de voir des enfants en 5e ou 6e année du primaire qui reçoivent un ancien cellulaire d’un parent. À partir du moment où un enfant/adolescent se retrouve avec cela entre les mains, accompagné d’un réseau Internet quelconque, les possibilités d’utilisation sont nombreuses.

 

Parmi celles-ci, les différentes applications (réseaux sociaux, entre autres) peuvent être téléchargées et utilisées par vos enfants. Voici donc un petit guide d’utilisation des applications les plus populaires chez les jeunes, et les avantages et les risques qui y sont associés.

 

Facebook

 

C’est une application classique. Elle permet au détenteur du compte de publier des statuts (opinions, photos, états d’âme, vidéos, etc.) à ses « amis ». Les « amis » en question peuvent être n’importe qui qui a aussi un compte et qui fait une demande « d’amitié » (l’utilisation des guillemets ici permet de comprendre que même des inconnus peuvent faire des demandes). Avoir un compte Facebook permet d’utiliser l’application Messenger.

 

Messenger

 

C’est aussi une application classique. Elle permet, grâce au compte Facebook, de discuter en privé avec ses « amis ». C’est un fonctionnement qui ressemble au texto par cellulaire, excepté qu’il n’est pas nécessaire de partager son numéro de téléphone.

 

Instagram

 

C’est une application très connue. Elle sert principalement à partager des photos et des vidéos de toutes sortes, qui peuvent être accompagnées de commentaires. Elle permet aussi de partager des stories (photo ou vidéo qui disparaissent après 24 h). Encore ici, il faut suivre les comptes que nous voulons voir, et les autres doivent nous suivre pour voir notre contenu. Il y a la possibilité de rendre le compte privé, et de filtrer les demandes. Il est aussi possible de discuter en privé avec les personnes qui nous suivent ou que nous suivons.

 

Snapchat

 

Encore ici, c’est une application très utilisée. Elle permet le partage de photos et de vidéos, mais à des personnes spécifiques seulement. Ces vidéos ou ces photos n’apparaissent que quelques secondes, et disparaissent généralement ensuite. Il peut être possible de revoir la photo ou le vidéo si la personne le permet. Les jeunes peuvent penser qu’une fois que la photo ou le vidéo disparaît, la personne ne peut plus le récupérer, mais elle peut prendre une photo de la photo ou du vidéo (screenshot) et la garder dans son téléphone. Encore ici, des stories peuvent être partagées pendant 24 heures et disparaître ensuite.

 

 

Ask.fm

 

Cette application permet de poser des questions (n’importe lesquelles…) publiquement à une personne. Les questions et les commentaires peuvent être publiés de façon anonyme. Les risques de cyberintimidation sont donc très élevés.

 

Tinder

 

C’est une application très connue par les adultes, parce qu’elle est destinée aux adultes… elle permet de rencontrer des gens dans le but d’avoir des relations sexuelles ou amoureuses. Une personne qui se crée un profil peut mettre quelques photos d’elle-même et faire une brève description de ce qu’elle recherche dans sa relation. Ensuite, dans un rayon d’un certain kilométrage autour de la personne qui cherche, l’application propose des profils et la personne peut choisir d’aimer ou de ne pas aimer. Si le profil de l’un et de l’autre est aimé par les deux personnes en question, il y a un match, et une conversation privée peut s’ensuivre.

 

D’autres applications dans le même genre : Badoo, Grindr (applications pour les personnes homosexuelles).

 

Calculator+

 

C’est une application cachée… Elle laisse croire, de par son image et son nom, que c’est une application de calculatrice, mais en réalité, elle sert à cacher des vidéos et des photos. Pas besoin de vous en dire plus à ce sujet…

 

Tiktok

 

Anciennement appelée Musically, cette application permet de partager des photos et des vidéos. Elle est assez semblable aux autres applications du même genre.

 

Il y a encore beaucoup d’applications du même genre, et ce serait trop long de les expliquer. Toutes ces applications ont des avantages et des risques assez semblables. Parmi les avantages, on retrouve le fait de rester en contact avec des amis et de la famille plus ou moins éloignés (donc, recevoir des nouvelles et du soutien de leur part), pouvoir suivre des pages publiques de sensibilisation sur divers sujets, avoir accès à des vidéos et des photos divertissantes (animaux, documentaires, vidéos drôles, etc.), se faire reconnaître pour ses talents, trouver des offres d’emploi, vendre ou acheter des objets, etc.

 

Bien sûr, les risques ne sont pas à négliger : être en contact avec des inconnus, partage de photos ou de vidéos intimes, partage d’informations confidentielles, cyberintimidation, avoir accès à de la fausse information, facilité de créer des faux comptes et de se faire passer pour d’autres personnes, etc.

 

Il est important d’apprendre à vos jeunes à utiliser correctement ces applications, en leur expliquant les risques qu’ils rencontrent au quotidien (surtout en lien avec le partage de photos/vidéos, la cyberintimidation et discuter avec des inconnus). Certains jeunes nécessitent un encadrement plus serré que d’autres face à l’utilisation des réseaux sociaux, et il est important de trouver le juste milieu dans les interventions à faire en tant que parent, sans être trop intrusif.

 

Je vous suggère d’ailleurs, si vous-même êtes abonné à Facebook, de suivre la page du Centre Cyber-Aide, qui partage des articles de prévention, des études, des opinions qui sont très pertinents et intéressants en lien avec l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux. Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas Facebook, vous pouvez consulter leur page web.

 

Fannie Robert, psychoéducatrice

Articles sur le même sujet

ARTICLE
50 ans après la légalisation de la contraception, jusqu'à quel point avons-nous progressé?

50 ans après la légalisation de la contraception, jusqu'à quel point avons-nous progressé?

Par Julie Poirier, infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne - 22 septembre 2019

Si nous avons aujourd’hui une panoplie d’alternatives – et accès à une foule d’information! – il n’est pas toujours évident...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2020