ARTICLE

Comment accompagner les enfants dans des moments difficiles

Des épreuves de la vie, comme un décès, la maladie ou la séparation des parents, sont inévitables. Il est difficile d’accepter et de comprendre ces événements malheureux en tant qu’adultes. Donc, quand vient le temps de d’annoncer une mauvaise nouvelle à des enfants, il peut être encore plus difficile de leur expliquer les événements. Dans tous les cas, il est certain que les enfants vont poser des questions, car ils chercheront à comprendre, à trouver une logique dans un événement qui n’en a pas nécessairement à leurs yeux et aux nôtres. De plus, certains concepts en lien avec la nouvelle sont abstraits (mort, maladie), et leur pensée n’est pas assez développée pour les comprendre réellement. Peu importe le type de moment difficile auquel devra passer votre enfant, l’important est que vous puissiez répondre à ses questions. Des questionnements non répondus feront augmenter l’anxiété chez l’enfant, qui tentera d’y répondre par lui-même en usant de son expérience quotidienne et de son imagination, ce qui n’est souvent pas rassurant.

Publicité

Un décès

Le décès d’un membre proche de la famille est un moment difficile à vivre pour vous et pour votre enfant. La concept de la mort étant souvent trop abstrait pour les enfants, il peut être délicat de leur expliquer en utilisant des images. Par exemple, si vous dites que son grand-père s’est endormi pour toujours ou qu’il est parti et qu’il ne reviendra pas, votre enfant comprendra que lorsque vous allez vous coucher ou que vous quittez la maison pour faire des commissions, il y a des chances que vous ne reveniez pas en vie. Si vous dites qu’il est parti dans le ciel, votre enfant voudra aller le rejoindre. Il est donc conseillé de parler de la mort sur le plan physiologique : le cœur arrête de battre, les poumons ne respirent plus, il n’y a plus de connexions dans le cerveau, etc.

Il est fort probable que votre enfant vous demande des explications sur la raison du décès. Vous pouvez lui expliquer en nommant l’organe qui a été atteint si c’est une maladie, ou le contexte de l’accident, etc. L’important est de ne pas laisser votre enfant dans le doute. En cas de suicide, il est conseillé d’avoir du support d’un intervenant spécialisé dans le domaine (1-866-APPELLE pour le Centre de prévention du suicide le plus proche de chez vous). Selon l’âge de votre enfant, il saura vous conseiller sur les dispositions à prendre pour lui annoncer la nouvelle.

Il est important pour votre enfant de savoir qu’il y a des rites funéraires qui ont été choisis par la personne décédée. Il doit comprendre où le corps va se situer (urne, cimetière, colombarium, etc.), et qu’il pourra venir sur le lieu en question pour se recueillir au besoin. Il est important de respecter le choix de votre enfant en ce qui concerne le service funéraire; s’il n’est pas à l’aise d’y assister, il ne doit pas y être obligé. Ceci pourrait être anxiogène et même traumatisant pour lui. S’il désire y assister, vous pouvez lui expliquer le déroulement et l’attitude à avoir lors de la cérémonie.

Il faut valoriser l’expression des émotions, et ne pas empêcher l’enfant d’en discuter, même si ça vous ramène à vos propres émotions. Les enfants aiment bien mettre leurs émotions sur papier;  un dessin pour se rappeler de la personne décédée peut aider votre enfant à gérer ses émotions. Votre enfant doit comprendre que c’est normal d’avoir de la peine et de s’ennuyer de la personne lors d’un deuil. Le décès est aussi un moment opportun pour discuter des croyances religieuses et des valeurs de votre famille.

La mort d’un animal de compagnie peut aussi affecter votre enfant, comme elle peut vous affecter vous. L’attachement que les enfants ont envers les animaux est souvent très développé. Les mêmes conseils s’appliquent dans ce cas, mais dans un contexte différent.

Dirigez-vous vers ce lien qui vous permettra de découvrir des livres pour les enfants qui parlent de la mort. C’est une merveilleuse façon d’aborder le sujet, ou de préparer votre enfant à y faire face: http://www.psychologies.com/Famille/Enfants/Epanouissement-de-l-enfant/Diaporamas/10-histoires-pour-parler-de-la-mort-aux-enfants

La maladie

Encore ici, la maladie peut être un concept abstrait pour nos cocos. Ce qu’ils connaissent de la maladie est souvent cliché : j’ai un rhume, mes parents s’occupent de moi, me donnent du sirop, et quelques jours plus tard, je suis rétabli. Les maladies graves impliquent des conséquences plus importantes que votre enfant doit comprendre. Tout d’abord, il est pertinent de lui expliquer en quoi consiste la maladie en question, de façon toute simple. Vous pouvez situer l’organe touché et expliquer ce qui ne fonctionne pas. Par exemple, dans le cas d’un cancer, vous pouvez cibler les poumons, et dire qu’il y  a des méchantes cellules qui les détruisent.

Expliquez aussi que des traitements seront donnés, mais que ceux-ci demandent beaucoup d’énergie afin de mieux combattre la maladie. La personne atteinte sera donc très fatiguée, parfois malade, et elle devra se reposer souvent. Si c’est un membre de la famille qui habite dans la maison, de l’aide supplémentaire pour les tâches sera probablement nécessaire. À ce moment, les enfants se feront un plaisir de vous aider dans le but de faciliter la guérison d’une personne qu’ils aiment. De plus, ils se sentiront impliqués, donc leur sentiment d’impuissance sera diminué. Aussi, rien de mieux qu’un bricolage ou un dessin pour la personne malade! Cela permettra aussi à l’enfant de mettre ses émotions sur papier, de les rendre plus concrètes.

Si des changements pourraient survenir suite à la maladie d’un proche (déménagement, chamboulement dans la routine quotidienne, visites à l’hôpital), il est important d’en aviser votre enfant. Ainsi, il s’y sentira préparé. Encore ici, l’expression des émotions doit être valorisée.

Voici un lien qui répertorie des livres pour enfant dans le but d’expliquer la maladie, mais aussi des livres qui vous guident dans l’explication de celle-ci: https://www.sparadrap.org/Parents/A-lire-A-voir/Conseils-de-lecture/Livres-pour-enfants-sur-la-maladie-ou-la-mort-d-un-parent/Cancer.

La séparation des parents

La séparation des parents est une des peurs fondamentales chez l’enfant. En fait, il craint plutôt de perdre sa famille, car pour lui, séparation = explosion. Tout le monde se retrouve chamboulé, dont lui, et il ne sait pas s’y retrouver. Dans le meilleur des mondes, l’annonce de la séparation devrait être faite lorsque certaines choses sont décidées : qui aura la garde et quand, qui vivra où, est-ce qu’un changement d’école est envisagé, est-ce qu’on aura la même maison, etc. Expliquer les différentes étapes permettra à votre enfant de diminuer la surprise et l’angoisse. Plus votre enfant aura de réponses, plus rassuré il se sentira. Si vous annoncez la séparation en ne sachant pas qui va déménager, à quel endroit, et qui aura la garde et à quel moment, votre enfant risque d’être anxieux face à ces idées. De plus, les gros changements, tels que les déménagements, devraient être espacés dans la temps, ou du moins, ne pas survenir quelques jours seulement après l’annonce de la nouvelle.

Votre enfant questionnera probablement la raison de la séparation. Sans entrer dans les détails et mettre en tort un des parents, vous pouvez expliquer les sentiments que vous n’avez plus l’un envers l’autre. L’important est de ne pas mettre un parent contre votre enfant. L’enfant pensera alors qu’il devra faire un choix, et pourrait se sentir coupable des décisions qu’il prendra.

Votre enfant doit savoir qu’il n’est pas la cause de la séparation, et que vous l’aimez toujours. Il doit comprendre que ça se passe entre vous et votre conjoint(e).

Si la situation est plus délicate et nécessite des avocats et un passage en cour, votre enfant pourrait bénéficier d’une aide opportune à ce moment. À partir 8 ans, le choix de l’enfant est fortement considéré dans la décision du juge en ce qui concerne la garde. À partir de 12 ans, la décision de votre enfant est généralement déterminante, sauf exceptions (ÉducaLoi, https://www.educaloi.qc.ca/capsules/limportance-de-lopinion-de-lenfant-au-sujet-de-sa-garde). Le stress engendré par un choix qui pourrait changer son milieu de vie est énorme pour un enfant, c’est pourquoi il doit prendre une décision éclairée, qui n’est pas compromise par la pression ou la manipulation de la part d’un des parents.

Le changement de routine suite à une séparation peut engendrer de l’anxiété chez l’enfant. C’est pourquoi il est important de mettre en visuel les changements à prévoir à l’aide d’un calendrier par exemple. Vous pouvez y indiquer les jours avec papa, les jours avec maman, etc. Aussi, vous pouvez impliquer votre enfant dans la décoration de sa 2e chambre. Il s’y sentira ainsi plus à l’aise.

Il est fort probable que votre enfant réagisse à l’annonce de la séparation pendant quelques temps. C’est beaucoup d’ajustements pour vous et pour lui. Laissez-lui du temps pour absorber le choc et s’habituer à sa nouvelle routine de vie. Si vous voyez que les réactions de votre enfant persistent dans le temps, n’hésitez pas à consulter un professionnel au CSSS ou au privé pour vous soutenir dans les interventions à faire auprès de lui.

Lors de moments difficiles, l’expression des émotions doit être valorisée. Que ce soit verbalement, par le dessin ou par le biais d’une histoire, votre enfant apprendra à nommer et normaliser les émotions.

Laisser un enfant dans le doute est le questionnement peut être très anxiogène pour lui. Répondez à ses questions, en divulguant des informations selon l’âge de l’enfant. Cela lui permettra de s’apaiser et de mieux comprendre la situation.

Articles sur le même sujet

ARTICLE
Du printemps à l’été, s’habiller en conséquence

Du printemps à l’été, s’habiller en conséquence

Par Clément ltée, Équipe Vie de Parents - 10 mai 2018

Collaboration Clément & Équipe Vie de Parents Ah le printemps, on vient qu'on ne sait plus comment s'habiller nous-mêmes, alors les...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
La concilia-quoi travail famille?

La concilia-quoi travail famille?

Par Geneviève Harvey-Miville, Les Z’imparfaits, Familiprix - 11 novembre 2020

Je ne sais pas pour vous mais depuis que je suis maman, je réfléchis fréquemment à la manière dont je...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents
ARTICLE
Cinq activités écolos à faire en famille

Cinq activités écolos à faire en famille

Par - 13 mai 2021

  Le printemps est bel et bien arrivé! Afin de profiter au mieux du beau temps, tout en prenant soin...

Lire l'articleVie de parentsVie de parents

Blogues sur le même sujet

Vie de parents Blogues
Spécialistes Vie de parents

Vie de parents, c'est aussi une référence de spécialistes provenant de partout au Québec.

Découvrez les spécialistes de votre région.

Trouvez un spécialisteVie de parentsVie de parents

© Vie de Parents 2022